Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

21-05-20- L'UKRAINE FASCISTE MARIONETTE DE LA PEGRE YANQUEE

Biden choisit le procureur général ukrainien

Ces enregistrements audio, montrent à quel point l’Ukraine est complètement sous contrôle des États-Unis, et obéissait au doigt et à l’œil de Joe Biden. Ce dernier a ainsi décidé de la révocation du procureur général Viktor Chokine, qui gênait Joe Biden car il enquêtait sur la société Burisma, où son fils siégeait au conseil d’administration, et dont il aurait reçu 900 000 dollars pour des activités de « conseil ».

Chokine était sur la trace des Biden, alors le père a fait pression sur le Président ukrainien pour éjecter le procureur gênant. Et ce alors qu’il n’avait rien de concret pour justifier de le pousser à la démission.

Les États-Unis sont aussi derrière la nomination de Iouri Loutsenko au poste de procureur général, après s’être débarrassés de Chokine, dont l’éviction était la condition sine qua non pour l’obtention par l’Ukraine d’un crédit d’1 milliards de dollars. Les contribuables américains apprécieront de savoir qu’un milliard de dollars issu de leurs impôts a servi à couvrir les magouilles d’Hunter Biden (le fils de Joe Biden) en Ukraine ! Il s’agit là de corruption à l’échelle de l’État !

Après l’éviction de Chokine, les enquêtes lancées sur Burisma ont été soit fermées, soit transférées au NABU (le bureau anti-corruption ukrainien), qui au lieu d’enquêter sur les crimes de la famille Biden a transmis les informations personnelles de Chokine et sa famille aux hommes de Biden à l’ambassade américaine.

Il y avait pourtant de quoi faire avec les 3,4 millions de dollars qui ont été « blanchis » via la Burisma et transférés sur les comptes de la Rosemont Seneca avec l’aide de la banque américaine Morgan Stanley, pour payer des services de « conseil », dont certains ont été fournis par Biden senior lui-même.

Et à quoi a servi ce milliard de dollars ? Il est allé principalement dans les poches de l’industrie de la Défense, via des contrats du gouvernement ukrainien qui les a payés avec ce crédit américain. Et les profits sont allés dans les poches des propriétaires de ces sociétés du complexe militaro-industriel, à savoir Porochenko et Svinartchouk.

Mais Porochenko semble avoir reçu une « motivation » plus personnelle et plus direct sous la forme de 200 millions de dollars, pour clore les enquêtes sur la société Burisma si on en croit les accusations portées contre lui récemment.


Conversation entre John Kerry et Petro Porochenko du 3 décembre 2015

Kerry : Mais avant que le Vice-président Biden vienne, je voudrais vous encourager à envisager s’il est possible de régler ce problème du remplacement du procureur général Chokine. Car, à mon avis, il a bloqué le processus de nettoyage du bureau du procureur général. Je sais que le Vice-président est très préoccupé par cette question. Je pense qu’il serait bien d’avoir une solution avant l’arrivée du Vice-président, si c’est possible. Et avoir une vue claire des mesures que nous allons prendre pour aller de l’avant.

Conversation entre Joe Biden et Petro Porochenko du 18 février 2016

Biden : Allô, vous m’entendez, Petro ?

Poroshenko : Oui, c’est mieux maintenant.

Biden : Et moi aussi. Je suis désolé, vous avez dit quelque chose, mais j’ai tout raté.

Porochenko : Oui. Tout d’abord, je suis très heureux de vous entendre. Deuxièmement, j‘apprécie vraiment que vous preniez du temps pour moi, même maintenant, au Minnesota. Mon rêve est d’être un jour au Minnesota avec vous.

Biden (rit) : Je préférerais être avec vous maintenant plutôt qu’au Minnesota. Mais continuez.

Porochenko : Troisièmement, j’ai des bonnes et des mauvaises nouvelles. Je commencerai par les bonnes nouvelles.

Biden : Bien.
Porochenko : Joe, j’ai une deuxième bonne nouvelle pour vous. Hier, j’ai rencontré le procureur général ukrainien Viktor Chokine. Et malgré l’absence d’accusations de corruption et d’informations concernant une quelconque inconduite, je lui ai expressément demandé – non c’était avant-hier – je lui ai expressément demandé de démissionner. De sa position d’officiel. Et malgré le fait qu’il a du soutien dans les organes gouvernementaux. À la fin de notre réunion, il m’a promis de démissionner. Et il y a une heure, il a apporté sa lettre de démission écrite.
Biden : Super.

Porochenko : C’est la deuxième étape dans le respect des engagements que j’ai pris.

Biden : Je suis d‘accord.

Conversation entre Joe Biden et Petro Porochenko du 22 mars 2016

Biden : Salutations, Monsieur le Président ! C’est Joe Biden. Comment allez-vous ?

Porochenko : Très bien, vraiment. C’est un plaisir pour moi d’entendre votre voix à chaque fois.

Biden : D’accord. Je suis sur Air Force Two, et je pense que nous resterons connectés. Nous venons juste de décoller et j’espère que cette connexion tiendra (l’enregistrement s’interrompt…) Dites-moi que vous avez un nouveau gouvernement et un nouveau procureur général. Je suis prêt à signer publiquement un milliard de dollars. Je ne suggère pas que c’est ce que vous voulez, ou non. Je dis juste que c’est ce que nous sommes prêts à faire. Et encore une fois, cela ne sera pas finalisé tant, que, vous le savez, les exigences du FMI ne sont pas satisfaites.

Porochenko : Une très forte motivation. L’un des candidats possibles à ce poste était le chef de ma faction, Loutsenko, qui est une personnalité publique. Mais si vous pensez qu’une personne politiquement motivée n’est pas tout à fait appropriée, je retirerai ma proposition. Personne ne sait ce que je vais offrir ce poste à Loutsenko. Dans ce cas, j’exclurai tous les candidats à motivation politique de ce processus.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article