Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

 

30 avril 2020

Lancement d'une plateforme de commercialisation et de distribution de 10 millions de masques « grand public » pour les petites et très petites entreprises

 

 

MADAME AGNES PANNIER-RUNACHER NOUS PARLE DE LA GESTION DES MASQUES

 

A ses yeux c'est clair,vendre à 0;90 cent euros pièce un masque chirurgical en grande surface, qui, malgré tous les soupçons, n'ont pas stocké secrètement ses masques, jusqu'à la possibilité d eles vendre,, c'est une paille même si son salaire actuel n'est plus ce qu'il a été.

 

29 avril 2020

Mise en vente de masques de protection dans les enseignes de grande distribution

Afficher toutes les actualités

 

Biographie

Agnès Pannier-Runacher est née le 19 juin 1974.

Formation universitaire

Diplômée d'HEC, ancienne élève de l'ENA et de Sciences-Po.

Parcours professionnel

  • Inspectrice des finances au ministère des Finances (2000)

  • Directrice de cabinet de la directrice générale de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (2003-2006)

  • Directrice adjointe des Finances et de la stratégie du groupe Caisse des dépôts (2006-2008)

  • Création du Fonds stratégique d'investissement (FSI) et intègre son comité exécutif (fin 2008)

  • Directrice de division R&D chez Faurecia Systèmes d'Intérieur (2011-2013)

  • Directrice générale déléguée à la Compagnie des Alpes (2013-2018)

  • Administratrice de sociétés privées cotées et non cotées (jusqu’au 16 octobre 2018)

  • Administratrice de la Fondation Grameen Crédit Agricole et de l'Observatoire de l'Immatériel (jusqu’au 16 octobre 2018)

  • Membre de l'Advisory board d'Ashoka France (jusqu’au 16 octobre 2018)

  • Élue Young Leader de la France-China Foundation

https://www.gouvernement.fr/ministre/agnes-pannier-runacher

 

Décidément ce membre du gouvernement a les dents longues et son passé n'a pas été caractérisée par une sobriété salariale.

Interrogée, il y a eux trois jours, à propos de la gestion calamiteuse des masques (bien sûr ce propos n'est pas d'elle) elle a réussi en quelques petites minutes à citer au moins trois fois son « dieu » à elle, le Marché, version moderne du Veau d'or rejeté par Moïse dans la Bible.

A voir comment, alors que la crise du coronavirus est loin d'être terminée, cette amie de monsieur Macron a hâte de remettre au pinacle de l'état et de son économie cette notion trouble et malsaine qui justifie toutes les injustices sociales et la pauvreté qui en résulte.

Mais quel connaissance pratique Mme Agnès Panier Rumacher a-telle de la vie de tant de citoyen dits « moins favorisés » alors qu'on devrait souvent dire le plus souvent exploités par la nouvelle aristocratie du Marché que la crise actuelle devrait condamner demain à se taire et à s'écarter pour être remplacée par des femmes et des hommes solidaires non seulement des premier de cordée mais aussi des derniers de cordée.

 

Yvan Balchoy

 

 

Il faut se méfier des petites phrases qui vous collent ensuite à la peau comme un sparadrap. En pleine grève des retraites, Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’Etat modèle de la macronie jusque-là sous les radars médiatiques, compare le marché français de la capitalisation à une «boîte de Smarties» pour BlackRock, le géant mondial de la gestion d’actifs. «Arrêtons de croire, précise-t-elle, que nous sommes au centre du monde !» Un impair qui lui vaudra cette sèche mise au point de son ministre de tutelle, Bruno Le Maire : «La France n’est pas une boîte de Smarties, la France est une grande nation, attractive pour les investisseurs, tous les grands investisseurs.» Non mais ! Il y a quelques jours, alors que le CAC 40 connaît sa pire dégringolade depuis 2008, elle récidive en mode trader à la tête froide : «C’est plutôt le moment de faire de bonnes affaires en Bourse aujourd’hui.»

Cette menue quadra à l’allure juvénile et discrète vit-elle sur la même planète que les petits épargnants

 

https://www.liberation.fr/france/2020/03/12/marchande_1781468

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article