Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

Sophie Wilmès

Sophie Wilmès

Moment particulier, ce mercredi, juste après la prise de parole de Sophie Wilmès lors de la conférence de presse après le Conseil national de sécurité. En effet, après avoir annoncé le prolongement du confinement et des nouvelles mesures, la Première ministre a donné la parole aux rares journalistes présents sur place.

Lire aussiConfinement et coronavirus en Belgique: le confinement prolongé jusqu’au 3 mai, voici toutes les annonces de Sophie Wilmès (vidéos)

La première question a été posée par Alexandre Penasse, rédacteur pour le magazine Kairos. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que celle-ci a étonné par mal de téléspectateurs et internautes qui suivaient la conférence de presse : « Vous remerciez souvent les Belges pour leur participation et leur obéissance, leur civilité. Vous parlez du fait qu’il y aura un avant et un après Covid-19. Alors je me demande vraiment s’il y aura un après Covid-19 » a-t-il lâché avant d’évoquer les anciennes fonctions de plusieurs membres des différentes taskforces mises en place par le Gouvernement pour gérer la crise sanitaire que l’on connaît.


 

Le journaliste a évoqué le Ministre De Backer, Bart Vermeulen ou encore Marc Van Ranst, avant d’être interrompu par Sophie Wilmès : « Si vous avez l’intention de donner les CV de l’entièreté des gens qui travaillent et qui ont droit à un peu de privacy (vie privée, NDLR), je vous encourage à terminer votre question et j’y répondrai ».

Le journaliste a ensuite repris la parole : « Ma question est : par rapport aux décisions que vous prenez maintenant, quelle légitimé démocratique y a-t-il à prendre ce genre de décisions quand la plupart des membres qui décident et réfléchissent font partie de multinationales et de la finance ? », a-t-il ajouté, avant de conclure : « Je crois que 10 millions de Belges aimeraient avoir une réponse à cette question et que la question à se poser n’est pas de savoir comment vos services de presse ont réussi à laisser rentrer un journaliste qui pose de vraies questions mais pourquoi ces questions ne sont pas débattues démocratiquement ».

SUD INFO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article