Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

 

 

Jusqu'à 40 % de décès dans les maisons de retraite en France et sans doute en Belgique ; nos médecins que je ne confonds pas avec les professeurs en médecine qui parfois ne touchent plus qu'à des éprouvettes n'en sont pas tous  responsables.

 

Résumons un peu.

 

Nos autorités ont d'abord affirmé MENSONGÈREMENT et non par simple ignorance que les masques qu'ils se réservaient ne servaient à rien pour le « Vulgus Pecus«  que nous représentons.

Idem pour les tests de positivité !

Nos autorité publiques conseillées ou servant d'alibi très à cheval sur leurs privilèges, ont couvert ce crime d'exclure les patients de maisons de retraite, payant très très cher souvent leurs mauvais services d’hospitalisation et privés de surcroît de l'accès indispensable à l'oxygène, indispensable au simple maintien de la vie pour les plus atteints

A mes yeux et je ne suis pas le seul, ce choix « eugénique » n'était pas au moment où il fut pris justifié par l'engorgement actuel des soins et résulte d'une généralisation abusive des risques plus élevés avec l'âge

 

Il en résulte, qu'on peut conclure qu'un grand nombre de malades si, bien soignés auraient pu échapper au Coronavirus ; s'ils ont péri c'est du autant à cette maladie mal soignée qu'à l'incurie des statisticiens politiques ou scientifiques qui les ont laissé sur le bord du chemin.

 

J'appelle cela un crime et je suis loin d'être le seul et demain je demande non seulement qu'une commission d'enquête sanitaire et politique se penche sur cette défaillance coupable mais que des tribunaux puissent équitablement juger les coupables éventuels de ces crimes collectifs.

 

Je tiens en revanche à féliciter chaleureusement le personnel de ces maisons, parfois abandonné par le politique avec leurs patient alors que la plupart d'entre eux mérite une Légion d'honneur donnée trop souvent légèrement à des sportifs ou des personnalités dont le seul mérite est d'être connues.

 

Yvan Balchoy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article