Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

 

Par Ivan Rioufol le 18 mars 2020 11h35 | 256 Commentaires

Agnès Buzyn a menti. Envahie par le remords, elle le reconnait à ma consoeur Ariane Chemin, dans Le Monde daté de ce mercredi. Alors qu’elle était encore ministre de la Santé, elle avoue qu’elle n’aurait pas dû dire, le 24 janvier, parlant du coronavirus apparu en Chine : "Le risque d’importation de cas depuis Wuhan (…) est maintenant pratiquement nul (…) Le risque de propagation du coronavirus dans la population est très faible". Disant cela, Agnès Buzyn savait qu’elle trompait l’opinion. Aujourd'hui, elle explique en effet : "Je pense que j’ai vu la première ce qui se passait en Chine. Le 20 décembre, un blog anglophone détaillait des pneumonies étranges. J’ai alerté le directeur général de la santé. Le 11 janvier, j’ai envoyé un message au président sur la situation. Le 30 janvier, j’ai averti Edouard Philippe que les élections (municipales) ne pourraient sans doute pas se tenir. Je rongeais mon frein". Elle ajoute aussi : "Quand j’ai quitté le ministère, je pleurais parce que je savais que la vague du tsunami était devant nous. Je suis partie en sachant que les élections n’auraient pas lieu. (…) On aurait du tout arrêter, c’était une mascarade (…)". Dans un communiqué, celle qui est devenue candidate (LREM) à la maire de Paris dit regretter ce terme de mascarade. Elle assure : "Le gouvernement a été pleinement à la hauteur des défis pour affronter le virus". Son esquisse de repenti l’honore. Cependant, il est politiquement dévastateur pour la macronie et son chef.

 

https://blog.lefigaro.fr/rioufol/2020/03/covid-19-soupcons-sur-un-menso.html

Vous pouvez lire l’article intégral à l'adresse cité ci-dessus

NOTE D'YVAN BALCHOY

Le mensonge est explicable mais non par cela même justifié. La pénurie de masques est un fait lié à des lâchetés passées. 

On pouvait la rappeler au public de France sans pour autant prétendre que ce masque était inutile à part pour les médecins et soignants au sens large. Cet avis est aujourd'hui invalidé par beaucoup de médecins libres.

Autre mensonge du gouvernement français qui depuis au moins une semaine est devenu une omission impardonnable. Dans son recensement des morts causées en France par le Coronavirus le médecin qui nous "informe" ? jour après jour, a omis longtemps de nous dire que les morts à domicile et surtout des EPAD n'était pas comptabilisé. Heureusement des journalistes l'ont obligé à la reconnaître. Il a promis que d'ici quelques jours, ces morts seraient pris en compte, ce qui n'est pas si difficile que cela. Pourtant, ce décompte  gênant est remis de jour en jour ; ainsi le mensonge par omission d'hier devient un refus de communication d'une information embarrassante pour beaucoup.

On peut se demander si les maisons de retraite ainsi que  les cliniques psychiatriques et lieux assimilés sans oublier les prisons où quantités de personnes non jugées donc officieusement innocentes sont condamnés à une promiscuité inhumaine qui, dans ce cas précis,  est une menace de mort ,sans qu'on puisse leur reprocher officiellement un crime et que parmi elles nombreux sont sans doute des innocents.

Restons aux maisons de retraite. Une personne de sep tente ans, qui de fait est plus menacé qu'un jeune d'en sortir en cas de coronavirus, a une chance minime mais potentielle  d'en sortir si elle est soignée voire même entubée. J’aimerais savoir si l'état lui permet cette petite chance  d'en sortir dans une maison de retraite. Agir autrement ce n'est même pas de l'euthanasie, je dirais  de la malthannasie qu'un bon avocat pourrait facilement traduire en CRIME. S'il y a assez de respirateurs ou en tout cas d'oxygène, les pensionnaires de maison de retraite, citoyens à part entière y ont droit, comme chaque citoyen. .Je ne dis pas que tel n'est pas le cas mais j'aimerais que le gouvernement confirme qu'un malade en maison de retraite est soigné aussi bien qu'à l’hôpital en dévouement certes mais en moyens de guérison aussi.

A propos des tests, chacun a pu constater qu'en Allemagne et en Corée du Sud ils ont été nombreux et le nombres des morts beaucoup moins qu'ailleurs. Quand on posait la question à un de ces médecins au service de l'information d'état il esquivait ou affirmait que l'hécatombe y viendrait plus tard. J'appelle cela de la non vérité bien voisine du  mensonge.

Pareillement des calomnies ignobles ont été et sont encore proférées contre la Chine en nous montrant quelques centaines d'urnes funéraires, on prétend que les 3500 morts reconnus par l'état communiste ne sont qu’une infime partie des défunts dans ce pays le plus peuplé au monde.

Qui ne voit que l'épidémie a été plus que moins circonscrite dans la région où elle est née

En Europe, aux USA elle se répand dans une aire géographique bien plus ample avec des moyens de protections bien moins sûrs qu'en Chine. Tout le monde constate qu'a Pékin et  d'autres villes Chinoises, il y a eu des cas, nombreux sans doute mais sans commune mesure avec ce qui s'est passé en Italie, en Espagne et en France.

En ce domaine, le mensonge d'état devient une propagande anticommuniste primaire.

Il en est de même pas ces attaques injustes contre des Etats socialistes comme Cuba qjui envoient de l'aide et des médecins en Italie quand d'autres états n'hésitent pas à voler des avions apportant de l'aide ailleurs.

Enfin deux pays ont avoué avoir confisqué sur un de leur aéroport des masques réservés et achetés par un autre pays, la Tchekhov et la France.

Par les temps qu courent  ce vol, c'est le seul mot qui convient est ignoble et salit le pays et le gouvernement qui agit ainsi.

Les Américains ont pu  aussi détourner l'aide promise à d'autres pays en offrant plus d'argent, ce n'est pas du vol au sens strict mais une des manifestations les plus dégradantes de ce capitalisme qui, comme le disait déjà le jeune condamné à mort, Guy Moquet, devant le peloton d'exécution, devrait être TUE.

En bref, l'article d'Yvan Riouffol, pose une vraie question et esquisse une réponse plus que vraisemblable. La porte parole du gouvernement qui un jour a justifié le mensonge d'état ne mérite plus notre bienveillante.

Quand la crise actuelle sera terminée, les responsable de ces défaillance qui, sans nul doute ont accru le nombre de victimes devraient en rendre compte.

C'est aux citoyens français, lors des élections à venir d'y veiller par leur voté et leurs plaintes en justice.

De la même façon, les héros d'aujourd'hui que sont les médecins, les soignants et tous ceux qui veillent à la sécurité publique mériteront d'être mis à l'honneur de la nation.

Yvan Balchoy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article