Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

Questions posées :

L’exercice de la fonction de ministre sous cette Vème République finissante est-il devenu, à ce point subalterne voire superfétatoire qu’une Ministre de la Santé puisse abandonner ses fonctions au cœur même de la pandémie du « coronavirus » dont l’OMS vient de déclarer, tout récemment, qu’il était trop tôt pour établir un quelconque bilan épidémiologique et faire un état non évolutif de la situation ?
- En outre un autre dossier majeur incombant à la ministre de la santé, soit la grave crise de l’hôpital public et d’abord celle des urgences, est loin d’avoir été résolu; c’est le moins que l’on puisse dire !
Que dirait-on d’un Général qui abandonne ses fonctions au cœur même de la bataille ?

Cela n’a pas empêché notre ministre de la santé, Agnès Buzin, d’abandonner ses hautes fonctions, à un tel moment crucial, pour tenter sa chance politiquement dans ce « guêpier » que constitue la conquête hasardeuse de la ville de Paris, poste de pouvoir s’il en est ! C’est à ce genre de choix que l’on peut juger des priorités réelles de celles et ceux qui prétendent nous « gouverner » et des graves dérives d’une République, de nos institutions et plus encore de nos mœurs politiques !
Ce « choix »; mais l’a-t-elle fait en solitaire ? Ce dont je doute fort; est une mauvaise action et un mauvais exemple donne à tous celles et ceux qui ont à cœur de servir la « chose publique », que les anciens Romains nommaient la : « RES POLITICA ».
Y a-t-il encore une place pour le service du Peuple avec idéal, désintéressement et vertu ? et à la pratique d’ une vie Politique qui sache donner l’exemple à nos citoyens ?
Hélas, à observer comment ce « pouvoir » vacillant, paraît mu par la seule « ubris » de tant de « égos » et par la « soif de pouvoir » sinon par la « soif d’enrichissement», l’on ne peut que répondre NON et nous ne pouvons que souhaiter un réveil qui prenne la forme d’une sanction électorale exemplaire du Peuple souverain.

Paul Arrighi

 

 

Note d'Yvan Balchoy

Ce matin sur Europe 1, Monsieur Guérini a tenté de nous présenter le volte-face d de la Ministre Busyn en pleine crise de santé et au moment où l'assemblée Nationale tente de justifier une réforme des retraites qui n'a pour but que de faire baisser par force les pensions tout en allongeant les carrières d'une façon injuste.

Ce qui est arrivé au candidat LREM à la Mairie de Paris est en tout cas un cas d''Aubaines pour le parti du président qui était assuré d'une défaite cuisante  dans un mois.

Je n'oseras parler de coup monté mais la bêtise du candidat de Macron vient bien à point pour tenter de redresser une situation désespérée.

Ce ne serait pas la première fois qu'un parti politique sacrifierait une personne obstacle à ses ambitions de pouvoir et/ou d'argent , car qui doute que la  détention du pouvoir dans la capitale ne soit une pièce maîtresse dans l'ambition macronienne de transformerf pas à pas  la démocratie française en un état "fort" qui permettrait à un ex-banquier de réaliser son désir de transformer la France en une entreprise libérale au service d'une petite élite privilégiée (regardez qui gagne aux évolutions  sociales et fiscales récentes et qui perd au bas de l'échelle sociale)

Madame Busyn n'est qu'un pion dans la partie d'échec que joue monsieur Macron au dépend du peuple français en ce cas  de sa santé, au dépend aussi d'une Ministre qui sans doute n'a pas vraiment le choix d'abdiquer ses responsabilités.

Oui, ce n'est pas la première fois que le Président actuel de la République sacrifie le BIEN PUBLIC du peuple français à de petits avantages en faveur de son parti-croupion.

Il est urgent  que tous les français épris de leur belle patrie l'obligent pas à  pas à renoncer à ses funestes projets et à se recentrer sur le bien-être non d'une élite fortunée mais de l'ensemble de la nation avec un souci tout particulier pour les plus faibles qui ne méritent pas les miettes du festin Elyséen  ou de ce qu'il appelle improprement le ruissellement mais devraient  profiter chacun, selon ses besoins,  au Bien commun.

Je ne sais pas qui demain ravira la mairie de Paris, mais j'espère que le vaudeville que Macron et ses laquais vient de nous offrir va ouvrir les yeux des Français et les aider à bien voter pour redonner à la République toutes ses valeurs bien émoussées aujourd'hui sous une politique de recul du progrès social.

Yvan Balchoy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article