Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

 

 

 

 

L’article que j’ai écrit sur les carences évidentes des pouvoir politiques en Belgique concernant la mise à l’abri du froid des sdf et des refugiés parfois abandonné par le Fédasil, mouvement qui a pour charge pourtant de leur trouver un logement ne doit pas nous faire oublier les humanitaires nombreux qui luttent pour procurer logement et chaleur à ces malheureux.

 

 

Hier encore, un ministre wallon demandait du temps pour régler le problème, comme s’il fallait attendre la fin du mois de novembre pour chercher une solution à un problème saisonnier.

 

A cette même émission sur les abris de nuits, et l’expulsion de réfugiés qui survivaient dans un local de la gare du nord, nous avons vu en action de courageux sauveteurs qui parcourent les rues pour retrouver les sans abri en danger dehors, tenter des les convaincre d’accepter un abri pour la nuit, ce qui n’est pas toujours facile.

 

Je revois encore cette jeune femme emmener plusieurs rescapés de la gare du nord vers un autre refuge et au journaliste qui lui demandait qui allait payer ce déplacement en bus ou métro, elle répondait : « nous ou notre association", je ne me rappelle plus exactement  et on la voyait retirer quantités de tickets pour conduire les réfugiés vers un lieu sûr pour la nuit.

 

Il ya bien sûr tous ces organismes confessionnels ou laïques comme l’armée du Salut, la Croix Rouge, certains CPAS etc.… qui chaque soir mettent leur temps et leur dévouement à accueillir chaque soir quantités de sdf ou de réfugies en perdition.

 

Si les hommes politiques, par leur gestion lourde, non prévoyante et somme toute assez égoïste ne font pas honneur à leur charge, je veux ici remercier celles et ceux grâce auquels tant d’enfants, de femmes et d’hommes, qui ont perdu pied dans notre société capitaliste si souvent inhumaine réussissent à survivre à  l’hiver inhospitalier de nos contrées.

 

Pour elles et eux, B R A V O  et  M E R C I !

NOTE D'YVAN BALCHOY

S'il est vrai que monsieur de Normandie ministre du logement et du non logement aussi en France  aurait prétendu que les sans abri à Paris étaient moins de mille en contredisant de beaucoup les observations venant des organisations rappelant l'Abbé Pierre, ce jeune homme au moins mal voyqant, plus pfrobablement marchant à reculon fait honte à la France sociale que représentait le fondateur d' Emmaüs.

Yvan Balchoy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article