Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

 
© Getty Images/iStockphoto

La France refuse d’allonger le nombre de congés en cas de décès d’un enfant: “Ça va pénaliser les entreprises” (7/7)

L'Assemblée nationale a autorisé jeudi le don de RTT en cas de décès d'un enfant mais retoqué d'extrême justesse la proposition initiale du groupe UDI-Agir d'instaurer un congé de deuil de 12 jours plutôt que 5, les oppositions dénonçant une "mesquinerie".

Note d'Yvan Balchoy

J'au vu à la télé la détermination de notre triste Ministre du travail a défendre le rejet de cette prolongation  officiellement pour le bien des entreprises. Notre administratrice de la liquidation progressive des droits des salariés en matière de travail, de chômage et de sécurité sociale est en ce cas d'autant plus ridicule que le MEDEF  lui-même a proposé de revenir sur ce refus en allongeant ce congé.

Ce matin, Monsieur Taquet, ministre de la petite enfance a bien été obligé de reconnaître que ce vote fut une erreur, vite corrigée dit-il par le gouvernement. Il serait question d'allonger peut-être au-delà de 12 jours ce congé (?) et d'y ajouter des mesures d'accompagnement comme par exemple la prise en charge des frais d'obsèques.

Conclusion : Mieux vaut tard que jamais. Mais une preuve de plus que le cœur n'est pas la priorité du mouvement en marche vers le Libéralisme aveugle et in humain.

Si j'avais pu interviewer Monsieur Taquet, je lui aurais demandé ce qu'il compte faire pour les dizaines ou plus d'enfants vivant dans la rue parfois après une décision judiciaire sans reclassement qui à mes yeux est invalide et inconstitutionnelle mais est-ce vrai aussi pour notre ministre de la petite enfance ? 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article