Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

 

 

 

Le Capitalisme avec sa priorité à la recherche du profit, son chacun pour soi ,c'est la "religion" de la lutte pour la vie au grand profit d'une petite minorité et en laissant en queue de cortège une minorité de plus en plus importante dans la gêne ou la misère.
 Le communisme, déjà pratiqué au moins par les premiers chrétiens et beaucoup de sociétés primitives c'est la priorité du collectif sur l'individuel, c'est le partage ou la solidarité au lieu de l'individualisme individuel.
En principe le communisme engendre une société sans très riches ni prolétariat laissé pour compte.
Marx, analysant le capitalisme industriel du XIX émet siècle défend l'idée que le communisme devrait être arraché des exploiteurs capitalistes à travers une "Révolution" et qu'ensuite il sera nécessaire de laisser à l'état la gestion des ressources naturelles essentielles et des moyens de production.
 Plus le capitalisme réussit à prendre le pouvoir plus les niveaux de vie entre riches et pauvres se creusent.
Le succès du capitalisme c'est la victoire de l'individualisme égoïste, le succès du communisme ce serait la victoire de l'altruisme et du respect des plus faibles.
La capitalisme qui gagne, c'est l'homme qui perd !

Certes le communisme, malgré ses réalisations passées, souvent inachevées ou imparfaites est aujourd'hui un espoir diront ses partisans, une utopie irréalisable proclameront les capitalistes attachés à leur privilège.
 A mes yeux, plus le capitalisme domine la société, plus elle devient peu à peu inhumaine, alors que le communisme reste un espoir pour les "damnés de la terre".
Le capitalisme est structurellement mauvais pour l'humanité mais une tentation perpétuelle des plus forts socialement parlant, tandis que le communisme souvent, c'est vrai, caricaturé ou en échec, demeure à mon avis le cap d'une humanité.

 L'individualisme égoïste du capitalisme mène à la guerre et à la misère pour beaucoup tandis que l'altruisme, le partage et la solidarité sont les clés d'une humanité heureuse et pacifiée toujours à créer et recréer.
Tel est mon credo et je sais que sans aucun doute je ne connaîtrai pas l'avènement heureux d'une humanité communiste mais elle viendra !

 

 



Yvan Balchoy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article