Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

Alexis CORBIÈRE a vivement interpellé le Haut Commissaire à la réforme des retraites lors des questions au gouvernement.
Le député de la FI dénonce "la fausse déclaration d'intérêts" de Jean-Paul DELEVOYE et "le conflit d'intérêts" avec le secteur de l'assurance privée et lui demande des explications :

Juste à côté d'un article concernant les ennuis de Monsieur Delevoye cet encart publicitaire n'est pas là par hasard

Juste à côté d'un article concernant les ennuis de Monsieur Delevoye cet encart publicitaire n'est pas là par hasard

"Le projet de réforme intéresse les assureurs

Or, à l’évidence, une telle fonction aurait dû figurer dans la déclaration. Il va de soi que la réforme des retraites touche de très près les intérêts du secteur des assurances. Le directeur général d’AG2R La Mondiale n’en a d’ailleurs pas fait mystère en déclarant en octobre dernier dans les colonnes du Journal du dimanche que « La réforme des retraites ouvre des perspectives ». Pour certains même, cette réforme des retraites n’est ni plus ni moins que le cheval de Troie du monde de l’assurance qui convoite le pactole que représenterait le recours aux cotisations volontaires et à la retraite par capitalisation de travailleurs dont les pensions seraient désormais réduites à la portion congrue.

Ce conflit d’intérêt apparaît donc moins comme une « malheureuse coïncidence » que comme la vérité profonde de la réforme.

Delevoye botte en touche…avec le plein soutien du pouvoir »

Pris la main dans le sac, Delevoye cherche la parade. Il faut dire que son excuse n’est pas vraiment convaincante, du genre du gamin à l’école qui dirait avoir oublié son cartable. Pour lui c’est un simple oubli et il s’en excuse. Tellement peu convaincant que, très vite, LREM vient à la rescousse : « Il n’y a aucune rémunération liée à cette fonction d’administrateur », a assuré sur FranceInfo Laurent Saint-Martin, député La République en marche (LREM) du Val-de-Marne, membre de la commission des finances de l’Assemblée nationale.

Et d’ajouter « D’abord, Jean-Paul Delevoye a tout de suite reconnu qu’il s’agissait d’un oubli. Et il le regrette, a poursuivi Laurent Saint-Martin. Vous avez bien mentionné le caractère bénévole de cette activité d’administrateur, je crois que c’est essentiel pour écarter tout soupçon de conflit d’intérêt, dans un institut de formation. Jean-Paul Delevoye s’est exprimé là-dessus ». Flagrant délit d’incohérence, ce coup-ci, puisque justement la déclaration à la Haute Autorité devait aussi porter sur les missions bénévoles. Mais dans leur fébrilité à sauver la peau de Delevoye, ils n’en sont pas à ça près !

Contacté par le Parisien, le Haut-commissaire aux retraites finit donc par reconnaître effectivement une « erreur » et pas seulement un « oubli » et admet que, même bénévole, cette mission pose peut-être problème. « J’ai rempli moi-même cette déclaration. S’il y a incompatibilité, je vais rectifier cela et démissionner de ce mandat exercé de façon extrêmement faible » promet-il.

Puis c’est au tour de Matignon et de l’Elysée de monter au créneau. Interrogé par le Huffington post Matignon affirme que la question de la démission ne se pose « évidemment pas ». Quant à l’Elysée, il choisit de minimiser et soutient de fait Delevoye en affirmant que Macron est plus occupé ailleurs avec le sommet international à propos du conflit entre la Russie et l’Ukraine… très très loin donc de ces négligeables remous internes.

Quant à Berger, seul soutien parmi les directions syndicales de la retraite par points, il déclare que la démission de Delevoye de l’IFPASS n’a pas de quoi le troubler ; ce qui le préoccupe surtout c’est que ses propositions soient suivies par le gouvernement.

Il s’agit bien d’un vrai scandale et Delevoye n’est pas seul en cause

Mais la réalité incontestable les rattrape tous très vite. C’est bien d’un conflit d’intérêt majeur qu’il s’agit, d’un véritable scandale qui vient déboulonner Delevoye, principal artisan de la réforme des retraites. L’affaire est tellement sérieuse que le Haut-commissaire démissionne illico du Conseil d’Administration de l’IFPASS. Une rapidité d’exécution qui tranche avec le temps qu’avait mis Macron à lâcher Benalla.
Les dirigeants syndicaux mesurent très vite l’ampleur de la situation et prennent acte. Aucun n’ose aujourd’hui s’afficher avec Delevoye, alors qu’ils y avaient été invités. Preuve de la gêne dans laquelle ils sont précipités, un des proches du secrétaire général de la CFDT explique au Huffigton post : « On a eu l’invitation très tard, on voyait l’annonce dans les journaux avant d’être prévenus ». Une ficelle un peu grosse pour un malaise évident."

https://www.revolutionpermanente.fr/Delevoye-lie-aux-assurances-privees-Demission-du-gouvernement-Retrait-de-la-reforme

 

 

 ses revenus déclarés ou n on NOTE D'YVAN BALCHOY

Monsieur Le Gendre, tordeur de vérité en faveurs des "marcheurs" trouve que l'oubli de monsieur Delevoye à déclarer des revenus gracieux, - dérisoires  peut-être par rapport aux revenus plantureux de monsieur Le Gendre.

Mais si on compare ce revenu dérisoire par rapport au scandale du privilège d'un cheminot ou pire encore par rapport à un chômeur privé de son indemnité en contradiction d'une loi en vigueur  simplement pour honorer la promesse de Macron d'aider des cadres surtout à démissionner, on n'est plus dans le dérisoire, on est dans le scandaleux !

Les Français sont enfarinés ou plutôt rafarinés par ce gouvernement qui mérite plus que jamais d'être appelé celui des plus riches

Qui sont les vrais privilégiés dans la république des "RECULEURS" ?

Yvan Balchoy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article