Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

01-11-19- CE MATN, SUR EUROPE 1,  MICHEL SAPIN SE MONTRE TRES DUR AVEC LE GOUVERNEMENT QU'IL ACCUSE DE "TAPER SUR LES PLUS FAIBLES"

Alors que rentre en vigueur la réforme de l'assurance chômage, l'ancien ministre de l'Economie Michel Sapin se montre sur Europe 1 très dur avec le gouvernement, qu'il accuse "de taper sur les plus faibles". 

Invité de la matinale d'Europe 1, l'ancien ministre de l'Economie de François Hollande, Michel Sapin, s'est montré très critique à l'égard du gouvernement, dont la réforme de l'assurance chômage entre en vigueur vendredi.

Une réforme "qui tape sur les faibles"

Pour Michel Sapin, cette réforme est "brutale" et "injuste". "Elle va créer plus de pauvres", selon celui qui est devenu avocat, pourtant pas opposé à une réforme sur le sujet, "pour que cela marche mieux ou pour lutter contre les abus". Il regrette notamment qu'avec ce projet, qui concerne 850.000 personnes sur les quelques 6 millions d'inscrits à Pole Emploi, le gouvernement "tape sur les plus faibles" plutôt que sur "ceux qui ont plus de moyens". La faute, selon Michel Sapin, au Président de la République, à qui il reproche "l’échec organisé" du dialogue social. Emmanuel Macron "a créé toutes les conditions pour qu'il ne puisse pas y avoir d'accord", ni de la part du patronnat, ni de la part des organisations syndicales. Cela a donné "toute liberté au gouvernement de prendre des mesures que les partenaires sociaux n'auraient jamais voulu négocier", explique-t-il. 


"Quand il s'agit de taper sur les chômeurs, on le fait, mais sur la question des retraites, qui concerne beaucoup plus de monde, on est beaucoup plus prudent", ironise Michel Sapin, alors que le gouvernement semble se tourner désormais pour sa reforme des retraites, vers une clause du grand-père, qui ne concernerait que les nouveaux entrants sur le marché du travail, en janvier 2020. "Une réforme qui n'est pas acceptée provoque toujours un contre-coup", dit l'ancien ministre, qui conseille de "toujours passer par la négociation", sous peine de faire face à une vive contestation. A l'image "des gilets jaunes" dont se souvient Michel Sapin, arrivés "après une réforme de la CSG qui n'a pas été accepté", provoquant "un recul massif" du gouvernement.

https://www.europe1.fr/politique/assurance-chomage-cest-une-reforme-brutale-et-injuste-qui-va-creer-plus-de-pauvres-estime-michel-sapin-3928696

NOTE D'YVAN BALCHOY

Le couple "socio-politique" Pénicaud-Macron, champion de la protection des plus riches dès les premiers  jours  de la Présidence des nantis sévit une fois encore. Comme Monsieur Sapin, ancien Ministre socialiste, l'a bien rappelé ce matin, après avoir provoqué l'échec des négociations entre le MEDEF et les syndicats,  le gouvernement a accouche d'une réforme qui va meurtrir la vie de centaines de milliers de petits chômeurs  et les revenus exorbitants de quelques chômeurs sous prétexte de permettre à une très petite minorité d'indépendant, d'avoir un petit pécule d'aide de l'Etat.

Cette Mireille Pénicaud, opératrice des basses œuvres sociales de Macron n'en n'est pas à son coup d'essai. Elle a largement profité personnellement de la suppression de l'ISF qui ne l'a pas enrichie modérément tandis qu'on enlevait l'APL et des emplois utiles aidés aux moins nantis de la République.

Je ne la considère pas comme une personne sociale mais comme une goulue sociale qjui vit en partie du malheur des gens qu'elle prétend réformer.

Désormais pour obtenir les indemnités rétrécies du chômage,  il faudra avoir travaillé plus sur un laps de temps moindre et ceux nombreux qui n'y arriveront pas viendront accroître le trop grand nombre de pauvres qui sont aussi un des fruits amers  du Macronisme.  Cette réforme en un  certain sens est une sorte d'escroquerie sociale car ceux qui vont être privés ou se voir diminués le chômage avaient un contrat via leurs cotisations avec l'Etat qui change les règles pour favoriser à quelques indépendants, non cotisant je pense , le droit à une aide d'ailleurs misérable. Le seul apport positif est la limitation des allocations des cadres les plus riches qui constituait un vrai abus dans l'ancien système.

Bref, plus que jamais, le régime Macron, qui, cette semaine, s'exhibe dans la revue ultra-réactionnaire "Valeurs actuelles", non pour en dénoncer les excès, mais pour se couler presque dans les outrances concernant par exemple le mouvement anti-musulman qui rappelle ce que fut l'antisémitisme de l'Etat autrefois.

Mon, Monsieur Macron, j'ai aimé, ce matin écouter les vérités incontestables de Monsieur Sapin, qui nous rappelle combien la France actuelle a plus que jamais besoin d'un vrai socialisme pur et dur, le contraire bien sûr du fadasse Vals, pour redevenir un exemple et une promesse sociale pour  ses citoyens et la communauté des nations.

 

Yvan Balchoy

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article