Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

28-11-19- COMMENT MONSIEUR MACRON ET LE TRES DROITISTE JEAN PAUL DELEVOYE EVITENT D'INQUIETER LES MERES DE FAMILLE SUR LE MANQUE A GAGNER PROBABLE DE LEUR FUTURE RETRAITE A POINTS

 

 

Un système défavorable aux mères de famille

Partant de ce postulat et alors qu’il "laisse penser que dans la plupart des situations, le dispositif serait plus favorable aux familles par rapport à la situation actuelle", le système de retraite universel par points formulé dans le rapport Delevoye pénalisera la plupart des mères de familles, selon l’IPS.

Prenons le cas d'une femme ayant un enfant et ayant validé 152 trimestres avec un salaire de 15.000 euros par an: sa pension diminuera de 750 euros par an entre le système actuel et le système futur. L'écart sera de 1250 euros pour celles gagnant 25.000 euros par an et de 2000 euros pour celles dont le salaire atteint 40.000 euros par an. Dans le cas où ces mêmes mères de famille auraient validé 172 trimestres, soit une carrière complète, la baisse sera encore plus importante: -1996 euros pour une mère d’un enfant avec un salaire annuel de 15.000 euros, -3326 euros pour un salaire de 25.000 euros et -5322 euros pour un salaire de 40.000 euros.

L'effet du nouveau régime de retraite sur les pensions sera encore pire pour les femmes ayant deux enfants. Dans le cas où elles n’auraient validé que 152 trimestres, la perte va de 1633 euros par an pour celles touchant 15.000 euros par an à 4354 euros pour celles gagnant 40.000 euros. Si elles ont cotisé 172 trimestres, l’écart est de 1935 euros (salaire de 15.000 euros par an) et de 5161 euros (40.000 euros par an).

https://www.bfmtv.com/economie/reforme-des-retraites-les-meres-de-famille-grandes-perdantes-1813255.html

 

 


 

NOTE D'YVAN BALCHOY

Je vous conseille de lire attentivement cet article qui prouve, pour qui n'en serait pas déjà, convaincu que le réforme dite Delevoye présentée comme une avancée sociale sera nuisible à la majorité des mères de familles nombreuses.

Quand Monsieur Delevoye, prétend par ailleursqu'on ne change pas l'esprit de la prime de réversion en cas de décès d'un conjoint, il ne nous dit pas non plus la vérité.

D'ailleurs pour comprendre l'esprit d'une réforme à points, il suffit de noter qu'en échange de la suppression des prétendus privilèges de certains régimes, il aurait été normal d'attendre une augmentation significative des retraites des autres régimes.

Mis à part, quelques cas concernant les pensions les plus basses - et là je ne blâmerais pas la réforme, ce « plus » attendu n'existera pas et le mieux que puissent attendre les futurs retraités c'est une légère baisse, rarement une petite hausse mais l'économie de cette réforme se fera surtout sur le dos de pensionnés car comme Fillon l'avait bien dit, une retraite à point c'est une retraite économique pour l'Etat d'autant plus que malgré les comités prétendus indépendants qui auraient pour mission d'empêcher toute marchandisation de la valeur du point, qui peut être sûr qu'en cas de coup dur, de crise économique, le gouvernement, comme ce fut déjà le cas dans un pays du nord de l'Europe, ne sera pas tenté de s'en tirer en abaissant artificiellement la valeur du point au détriment des futurs retraités.

Oui, il fallait tenir compte de la démographie pour assurer une retraite juste pour tous. Mais pas n'importe commente ! La durée de cotisation devra peut-être modifiée mais le scandaleux privilèges des pensions exorbitantes devra être amendée sensiblement.

Manifestement la solidarité entre générations sera bien moins assurée via un système qui donnera un point pour 10 euros de salaires et donc ne mettra nullement fin aux privilèges scandaleux non des cheminots a 2500 euros mais des financiers et hommes politiques aux retraites de 10 000 à plus de cent mille euros. C'est là le vrai scandale et bien entendu, le Président des riches, acoquiné à la droite financière n'y mettra pas fin.

Une vraie retraite devrait émaner de personnalités liées au peuple, non seulement à son élite mais aussi à sa classe la plus défavorisée, des gens comme Coluche ou l'Abbé Pierre par exemple. Il en existe encore !

Oui, dira sans doute, monsieur Delevoye, on augmentera de 30 % les pensions des garçons de fermes mais à mille euros au lieu de 700 ils resteront pauvres et incapables de profiter de leur retraite.

Du coté des plus riches, comme les pensions suivront les rémunérations, qui progressent parfois de 10 % par ans, nulle doute qu'une pension a points non seulement ne diminuera pas l’écart entre les plus riches et les plus faibles mais l’accroîtra davantage.

La réforme par point plaît à Monsieur Fillon et Monsieur Macron parce qu'elle ne met fin en rien aux vrais privilèges sociaux, ceux des plus riches qui  ne donnent que des miettes du festin aux plus pauvres.

Il faudra un autre Président, une autre République, un autre Régime pour que le peuple français et pas seulement sa classe dominante puisse offrir au peuple de France sa réforme de retraite juste et équitable selon l'esprit de LIBERTE EGALITE FRATERNITE.

Yvan Balchoy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article