Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

Voilà pourquoi il ne faut ni oublier ni tourner la page encore moins la déchirée, ce serait trahir nos soeurs et nos frères qui ont subi ce que d'aucun peut imaginer..." Rabbi erhamhoum "
= OUA TAHIA EL DJAZAÏR =

 
No photo description available.
Envoyés Spéciaux Algériens

Cette photo de Zoulikha Oudaï a été prise lors de son arrestation. Avant son exécution, elle a été torturée durant 10 jours en présence des citoyens pour les te...

 

Zoulikha Oudai, née Yamina Echaïb, résistante algérienne
Cette photo a été prise après son arrestation par l'armée française . Avant d'être exécutée Zoulikha Oudai a été torturée pendant 10 jours, attachée , menottée et accrochée à un véhicule militaire, puis traînée . Elle a été jetée d'un hélicoptère le 25/10/1957.

Capturée par l’armée française au cours d’un ratissage de grande ampleur. Les militaires ramènent de force les populations des alentours afin qu’ils voient leur héroïne, attachée à un blindé, humiliée. Mais Zoulikha Oudaï, la tête haute, harangue la foule, d’une voix ferme : «Mes frères, soyez témoins de la faiblesse de l’armée coloniale qui lance ses soldats armés jusqu’aux dents contre une femme. Ne vous rendez pas. Continuez votre combat jusqu’au jour où flottera notre drapeau national, sur tous les frontons de nos villes et villages. Montez au maquis ! Libérez le pays !» Elle sera torturée 10 jours durant, mais sans jamais donner les noms des hommes et des femmes qui militaient sous ses ordres, dans le but de préserver l'organisation politico-militaire. « Devant nous, ses mains menottées, déclarent les villageois, elle a craché à la figure d'un capitaine militaire et nous a dit : ‘‘Regardez ce que font les soldats français d'une algérienne.'' Nous ne l'avons plus revue depuis ce jour !

Son corps ne sera retrouvée qu'en 1984 par un agriculteur qui déclara avoir trouvé et enterré le cadavre d'une femme menottée....

Le 25 octobre 1957, elle sera exécutée (jetée d'un hélicoptère) et rejoindra son époux, Si Larbi et son fils Habib, fidaï dans la région de Blida, tous deux guillotinés sans jugement par l’armée coloniale française. Le corps de Zoulikha Oudaï ne sera retrouvé qu’en 1984 après le témoignage d’un paysan qui dit avoir trouvé le corps d’une femme sur une route et l’avait enterré à Marceau, en 1957. L’homme guide les autorités jusqu’à une tombe. La Martyre avait toujours ses menottes aux mains ! Zoulikha Oudaï est enterrée aujourd’hui au cimetière des Martyrs de Menaceur.

terredislam.canalblog.com/archives/2016/03/08/33483766.html

HONTE A CEUX QUI ONT TORTURE ET ASSASSINE CETTE FEMME COURAGEUSE. HONTE AUX PDEUDO-SOLDATS FRANCAIS RACISTES (YB)


 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article