Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

 

 
 
 

« Vous ne savez pas payer votre loyer ? Hop, en prison. Et même si vous n'avez pas d'argent, on vous colle une amende. Ca vous apprendra à revendiquer le droit au logement. »

C'est l'esprit de la proposition de loi déposée par le nouveau ministre du Budget, David Clarinval, * et trois de ses amis MR. Selon eux, « il faut mettre fin à la dialectique de certains qui essayent de faire du droit au logement un droit à ce point absolu qu’il impliquerait dans le chef de ses bénéficiaires le droit de ne pas payer leurs loyers ».
(Lire la proposition ici : https://www.dekamer.be/FLWB/PDF/55/0512/55K0512001.pdf)

Tous les clichés sur les familles populaires y passent. Celles-ci s'offrent des écrans plats, des smartphones hors de prix, des vacances, etc. au lieu de payer leur loyer.

Mais David Clarinval ne sait strictement RIEN du quotidien des familles pauvres. Sa famille est tellement riche qu'à Bièvre (où il est bourgmestre depuis ses... 25 ans...), on dit qu'une maison sur deux appartient aux Clarinval. C'est sans doute exagéré mais cela peut expliquer cette volonté de défendre les « gentils propriétaires » des « méchants locataires » qui n'ont même pas la politesse d'avoir assez d'argent pour payer leur loyer.

Devenu bourgmestre deux ans après avoir été engagé dans un cabinet MR., puis conseiller provincial, député fédéral, président du MR namurois, etc. il cumule tout cela avec l'entreprise familiale, que son papa a confié à trois de ses enfants (David donc, Sophie et Nicolas). Une entreprise, Clarinval Constructions, qui emploie une soixantaine de personnes et qui a un chiffre d'affaire annuel de plus de 12 millions d'euros quand même.
(Et ce n'est qu'une partie du business de la famille...)

Bref, notre nouveau ministre du Budget annonce la couleur. Et on va le sentir passer...

(Merci à Gille Feyaerts d'avoir relevé l'info)

Afficher la suite
L’image contient peut-être : 1 personne, sourit
 
 
* Un politicien , sans égard pour les citoyens pauvres, pour lequel il importe de ne plus jamais apporter votre voix électorale ni non plus à son parti soumis au capitalisme le plus éculé (YB)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

« La première bataille, c’est de loger tout le monde dignement. Je ne veux plus, d’ici la fin de l’année, avoir des femmes et des hommes dans les rues, dans les bois ou perdus. C’est une question de dignité, c’est une question d’humanité et d’efficacité là aussi. »
Emmanuel Macron, 26 juillet 2017.

« Je veux que nous puissions apporter un toit à toutes celles et ceux qui sont aujourd’hui sans abri. Le gouvernement s’est beaucoup engagé ces derniers mois dans cette direction a beaucoup amélioré les choses, mais il y a encore des situations qui ne sont pas acceptables. Que je n’accepte pas davantage que vous. Nous continuerons donc l’effort indispensable pour réussir à pleinement respecter l’engagement que j’ai moi-même pris devant vous. Comptez sur ma détermination entière en la matière. »
Emmanuel Macron, 31 décembre 2017.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article