Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

GEORGES IBRAHIM ABDALLAH PREMIERE VICTIME DE LA LOI SCELERATE DE MADAME DATI ?

 



Sur les murs de Bruxelles, cette affichette un peu effacée par le temps témoigne du scandaleux maintien d'un prisonnier patriotique Libanais en prison DEPUIS 1984 auquel La sinistre ministre en l'occurrence de l'injustice Madame Dati appliquerait, dit-on pour la première fois d'une façon illégale puisque rétroactive la loi de rétention prévue pour les crimes sexuels.
 Monsieur Georges Ibrahim Abdallah patriote arabe dans la lutte féroce qui oppose l'Etat sioniste voleur de terre, réalisateur du plus grand camp de concentration (Je n'ai pas dit d'extermination, je tiens à le préciser aux Israéliens qui ne supportent pas qu'on étale au grand jour leurs crime !) Gaza et même en partie la Cisjordanie.

Monsieur Abdallah  est considéré à tort ou à raison comme complice dans l'assassinat de deux diplomates, un américain Monsieur Day, un Israélien monsieur Bainmantou.
Je condamne  ces deux assassinats mais il faut mettre en face les nombreux crimes accomplis par les services secrets israéliens ou américains et je suis convaincu qu'un américain ou un Israélien condamné dans les circonstances semblables à celles de Monsieur Abdallah serait libre depuis longtemps.

Pour moi la détention de ce patriote est un déshonneur pour les Présidents Mitterand, Chirac mais s'il est vrai que le président Sarkosy et sa servile et parfois stupide Ministre Dati utilisent la nouvelle et douteuse loi de rétention pour les criminels sexuels afin de retarder la libération nécessaire de Monsieur Georges Ibrahim Abdallah je dis en pesant mes mots que c'est un acte de forfaiture.

Bien entendu je sais que les pression des deux états impérialistes des USA et d'Israël sont fortes pour le maintenir en détention, je sais que Monsieur Sarkosy soucieux de transformer la France vis à vis des USA dans un triste copier coller (cf. par exemple son délire de pouvoir faire lui aussi son discours au parlement comme Georges Bush) risque de vider les lois de la justice et du bon sens pour faire plaisir à un Etat qui a massacré en autres plus d'un million de Vietnamiens et sur base de mensonges éhontés  des centaines de milliers d'Irakiens sans parler de faire plaisir à cette entité que je ne reconnaîtrai comme un état digne de ce nom que lorsqu'il libérera dans ses frontières internationalement reconnues de 67 l'Etat Palestinien.
On reproche aujourd'hui à certains média arabes de traiter les juifs de chiens, et je condamne fermement ces propos indignes à propos d'un peuple  dispersé sur toute la terre qui fait honneur à l'humanité mais quand je vois que les Israéliens traitent les Palestiniens comme des chiens, les tuent sans jugement du haut du ciel lâchement en tuant souvent des femmes et des enfants innocents, je me refuse à considérer cet état sioniste (qui trahit plutôt qu'il ne sert l'esprit du peuple juif)  comme un vrai Etat. Je serai heureux de le  faire le jour ou Israël reconnaître dans les faits et pas dans de fausses intentions les Palestinien comme un peuple égal à lui et ayant des droits passés, présents et futurs à respecter.

Je considère donc que le maintien en rétention de Geroges Ibrahim Abdallah est un un crime politique et moral qui déshonore non pas le peuple français mais les gouvernements  et Présidents qui vont, en tout cas certains le prétendent avec des arguments apparemment sérieux,  jusqu'à détourner de lois, comme au temps des lettres de cachet, pour faire plaisir aux USA et à leur Province incrustée au Moyen Orient qu'on appelle communément l'Etat d'Israel.

Vive Le résistant Georges Ibrahim Abdallah  qui devrait être amnisté depuis longtemps et tant pis si ça ne fait plaisir au organisations   criminelles CIA et Mossad.



Yvan Balchoy

Ce Crime continue avec les complicités du président  Hollande, tout particulièrement du traître Vals et aujourd'hui du président Macron qui n'arrête pas de reculer devant les exigences en cette affaire de la justice (YB)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article