Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

Pascal Perri

Pascal Perri

 La nouvelle grille d'Europe 1, outre le départ que je regrette de Nikos Aliagas, nous présente Nicolas Beytou, avec qui on peut être sûr, que le destin des plus riches sera assuré. Ce qui me navre particulièrement, c'est le maintien du Perri-scope, même s'il y en a un autre périscope plus sympa et plus utile.

J'ai écouté longuement monsieur Perri interrogé à propos de la communication publique des salaires et revenus et la brutalité  de ce patron concernant le droit quasi divin des chefs d'entreprises et des cadres à un salaire dont le montant ne dépend que de l'entreprise de même que les profitsd souvent excessifs pour ne pas dire scandaleux des actionnaires.

Pour Monsieur Perri l'Etat et à fortiori les syndicats ouvriers n'ont pas droit de regard aux  rémunérations du privé.  Sa conception du privé est effectivement sans relation avec les solidarités qui en 1945 avaient créé  une Sécurité sociale de grande qualité.

Je résumerais bien ses propos en disant que tout ce qui concerne le monde des travailleurs est charge qui doit être inspecté et évalué par l'Etat et le privé tandis que ce dernier n'a de dépendance qu'à lui-même.

L'économie à Europe 1 mérite mieux qu'un Monsieur Perri pour nous commenter une économie partagée et non seulement dirigée par les plus riches.

Ce que reçoit un actionnaire, en restant souvent dans son fauteuil est devenu un affront pour l'ouvrier qui trime et abrège sa vie par un labeur très dur.

Yvan Balchoy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article