Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

 

Thomas Piketty: «Pour un héritage pour tous à 25 ans»

«
Les idées que j’avance ne sont pas originales
! Elles s’inscrivent dans des mouvements historiques
», précise Thomas Piketty.
« Les idées que j’avance ne sont pas originales ! Elles s’inscrivent dans des mouvements historiques », précise Thomas Piketty. - Aurélie Boivin.

Son précédent ouvrage, Le Capital au XXIe siècle (Seuil), avait été traduit dans le monde entier. Thomas Piketty revient avec une nouvelle somme. Dans Capital et idéologie (toujours au Seuil), il décortique en 1.200 pages la construction des inégalités.

Dans votre dernier livre, « Capital et idéologie », vous montrez que les inégalités n’existent pas naturellement, que ce sont les idéologies qui les construisent. Mais le monde, globalement, ne va-t-il pas mieux qu’avant ?

La critique du capitalisme de Thomas Piquetti me semble beaucoup plus radicale que celle de Joseph Siglitz dont il a été question hier.

Il n'hésite pas à mettre en question le dogme numéro un de l'Economie, la sacro-sacro-sainte propriété privée.

Pour y arriver, il conseille un impôt nettement progressif allant jusqu'à 90 % pour la tranche la plus élevée réservée aux milliardaires. Son but est de supprimer ce type de fortune qui, pense-t-il, empêche 70 % des français d'avoir un accès réel à la propriété. Disons qu'avec cette réforme, les plus riches disposeraient de cent millions d'Euros tandis que chacun à ses 25 ans recevrait 120 000 euros pour pouvoir accéder à une vraie propriété.

Bien entendu, sur LCI, plusieurs animateurs de cette chaîne, enchaînée au Grand Capital ont critiqué à demi-mots cette réforme au nom d'une liberté qu'ils trouvent normale de réserver à 30 % de la population.

Quant aux 70 % restant, il leur reste la possibilité théorique de devenir plus riche mêle si, bien entendu, les lois statistiques feront que ce sera un échec pour la plupart.

Je suis pour ma part convaincu que  Piquetti a raison et qu'il est in dispensable de limiter autant par le haut que par le bas la propriété privée ainsi que les revenus si on veut vraiment arriver à une société non libérale, car ce mot a été dévoyé par l'économie dite moderne et réellement aussi vieille que le vol et l'injustice sociale.

Yvan Balchoy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article