Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

[ECOLO N'EST PAS CONTRE LA #PRIVATISATION A TERME DE #VOO !]
Jeudi soir au conseil communal de Saint-Gilles, notre groupe PTB a interpellé la majorité PS-Ecolo sur la vente de Voo au fonds d’investissement vautour Providence. La réponse des Ecolo nous a stupéfaits…

Pour rappel, la commune est actionnaire de l’intercommunale Brutele qui est la partenaire de Nethys dans la commercialisation de la marque de télécommunication Voo. Mais depuis quelques mois, les communes qui détiennent Brutele (dont Saint-Gilles) sont en train de négocier la vente de Brutele à Enodia (ex Publifin, qui détient Nethys). Suite aux révélations dans la presse que Nethys avait secrètement revendu Voo aux fonds américain d’investissement, les communes de Brutele ont décidé de « suspendre » les négociations avec Enodia, « le temps d’avoir toutes les informations utiles ». Cette suspension permet de bloquer momentanément la vente de Voo au fonds Providence. Heureusement puisque ce fonds est spécialisé au niveau mondial dans le rachat, la restructuration, le licenciement, puis la revente afin de dégager d’énormes plus-value pour les actionnaires.

C’est Mohssin El Ghabri, conseiller communal, administrateur chez Brutele et nouveau directeur politique d’Ecolo, qui a répondu à nos questions. Quelles garanties avons-nous que Voo ne sera pas privatisée ? En fait, aucune... Leur position c’est que :

1. Ils veulent vendre Brutele car ils ne pensent pas que dans un monde hyperconcurrentiel la gestion publique puisse rester compétitive face au privé. Tant que Brutele et Voo ont beaucoup de valeur, c’est le moment de vendre pour que les communes en tirent un maximum de cash, avant une éventuelle perte de valeur à moyen terme.
2. Ils souhaiteraient revendre Brutele et Voo à Enodia de préférence « puisque c’est une entreprise publique et que ça maintiendra l’emploi statutarisé ».

Voilà donc l’argument de la sauvegarde de l’emploi statutaire… Très bien ! Mais pour combien de temps ?! Est-ce qu’ils sont vraiment naïfs ? L’exemple du fonds vautour Providence ne leur suffit pas ? On sait parfaitement qu’Enodia est en train d’être démantelée et vendue morceau par morceau au privé, ce sont les recommandations-mêmes du monde politique suite au scandale Publifin ! En fait, il s’agit plutôt de privatiser en douceur et par étapes, sans aucune considération pour l’emploi, le service public et l’accès de la population aux télécommunications…

Après nos demandes pour plus de précision, le nouveau directeur politique d’Ecolo a d’ailleurs fini par avouer qu’ils « ne sont pas opposés à la privatisation à terme de ces intercommunales » ! C’est clair : ils savent très bien qu'en revendant Brutele et Voo à Enodia, ce n’est justement qu’une question de temps avant la privatisation.

Ecolo a la possibilité via ses participations en majorité dans les communes bruxelloises de bloquer la vente de Voo, mais il ne le fait pas.
Pour le PTB, en tout cas comme parti de gauche c'est évident, il n'est pas questions de vendre les outils publics. Ces intercommunales qui sont valorisées à plusieurs centaines de millions d’euros, qui offrent des services stratégiques pour la population comme le câble et la distribution d’internet, et qui offrent des milliers d’emploi statutaires, doivent impérativement rester dans le giron public. On continue le combat.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article