Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

13-07-19-DEPUIS PLUS DE VINGT ANS, TOUJOURS DIGNE ELLE NOUS DEMANDE DE L'AIDE; FAUT-IL LA CHASSER COMME GENANTE ?

µ Hier, à la gare centrale, elle était là, droite et digne à sa place  presque attitrée près du métro dans ce grand couloir qui relie  la gare SNCB et la gare.

Voici que deux apparatchiks du métro ou de la gare, plutôt sympas comparées à d'autres, tentent de la dissuader  d'en appeler à la charité publique ainsi qu'une famille roumaine de quatre personnes dont deux enfants en bas âge et leur demande sur un ton pressant de s'en aller ailleurs.

Cette dame, qui n'a jamais causé aucun trouble ne comprend pas l'exigence des deux uniformes.

Alors, la connaissant depuis au moins,s 25 ans et, je l'avoue, sans lui avoir jamais donné un kopek, je m'adresse à un des deux pour lui expliquer :

"Cette Dame est toujours là depuis plus de vingt cinq ans, elle ne dérange personne et est aidée par de nombreux passants qui lui donnent qui, une pièce de monnaie, qui un sandwich ainsi qu'un brin de causette. Laissez-la tranquille, elle ne fait de mal à personne."

- Il me répond tout de go : "Mais elle a un "en soi" (sic, elle pourrait rester chez elle."

-M'enfin, Monsieur, pour quoi rester chez elle et qui vous dit qu'avec sa pension, elle a assez pou vivre. Nombreux sont en effet les pensionnés ou personnes âgées sans pension digne- de ce nom qui ont besoin de la mendicité pour vivre dignement.

Ce ne sont pas nos Ministres, si bien payés, qui pourront   honnêtement vous dire le contraire "

Il me quitte alors  sans me menacer de mon "audace"et je continue ma route, sans savoir si j'ai été entendu.

Je me rappelle alors, un autre matin de grand hiver, au même endroit, deux autres policiers, au visage fermé, cette fois, qui poussaient pas très gentiment un SDF, mal habillé pour le trainer dans la rue où il faisait moins cinq degrés.

Je leur ai simplement dit

-"Vous savez, ce matin, on a trouvé à  Paris dans la rue trois SDF gelés morts. C'est ce que vous voulez"-

Ils m'ont regardé, d'un air bizarre, comme si je descendais de la planète Mars, ont haussé les épaules avec un air dégouté et quelque peu méprisantt, cette fois pour moi, peu importe et puis ils sont repartis en laissant là, le SDF,  pour aller ennuyer ou chasser quelqu'un d'autre  commettant le grave et sale délit de "mendicité" ,leur grande et "belle, mission.

 

Yvan Balchoy 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article