Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

22-07-19- QUAND LAURENT JOFFRIN APPROUVE LE NIVEAU DE VIE DES PARLEMENTAIRES

QUAND LAURENT JOFFRIN APPROUVE LE NIVEAU DE VIE DES PARLEMENTAIRES FRANÇAIS

Ce matin, sur Europe 1, Laurent Joffrin a défendu le mieux qu’il pouvait le niveau de vie, assimilé à celui de cadre supérieur, des parlementaires.

Comme le font la plupart des enquêtes justificatives actuelles, il utilise la comparaison comme critère. Un parlementaire a une fonction dont l’importance est comparable à celle d’un cadre supérieur et son salaire ne dépasse guère celui d’un cadre moyen supérieur. Bien entendu, il compare le salaire du Président de la République (sans tous ses avantages extra-salariaux ) à celui d’un PGD du haut  patronat, et… il n’y a pas photo

La comparaison d’un élu d’une démocratie représentative s’arrête là. Il ne lui vient pas à l’idée de comparer ce revenu à celui d’un citoyen lambda qui gagne 1700 euros ou d’un pauvre qui n’atteint pas les mille euros.

L’argument, qu’on pourrai à mauvais titre appeler «moral « de Laurent Joffrin, c’est qu’avec un revenu plus bas, le risque serait grand de voir ce parlementaire l’étoffer à coup de compromissions cachées comme si, moins ce parlementaire est payé, plus il risque d’être indélicat.

Voilà une conception éclairante de la moralité de ceux qui choisissent la vie politique selon un journaliste qui, c’est vrai, appartient lui aussi à classe des plus riches.

Regardez par exemple, une émission sur LCI traitant par exemple de la misère en France.

Dans l’auditoire, une grande majorité de LR, de macronistes, avec parfois un socialiste ou un élu franchement de gauche. Si on demandait à chacun d’entre eux d’indiquer son revenu mensuel par une pancarte sur ses vêtements, on découvrirait combien cette émission sur la misère du peuple est le plus souvent peu représentative des personnes dont elle débat.

Un peu normal, pourrait répondre Joffrin, car un tel échange nécessite une culture intellectuelle proche de celle d’un cadre supérieur. Inimaginable de voir une majorité d’ouvriers discuter de leurs conditions de vie !

Pourtant en Belgique je me sens proche d’un parti, d’inspiration marxiste, c’est vrai, caractéristique plus que douteuse aujourd’hui, qui préconise depuis ses origines que pour représenter le monde  des travailleurs, il faut continuer d’en faire partie et dès lors vivre avec le revenu d’un travailleur qualifié,  environ 1700 euros par mois, en ne profitant donc que d’une part réduite de l’indemnité que l’Etat leur verse, le reste étant à la disposition de leur parti.

Contrairement à Monsieur Joffrin, je suis persuadé que la moralité économique de ces représentants du peuple est nettement supérieure à celle, par exemple, des députés, les plus riches, qui n’en n’ont jamais assez pour « survivre ».

Les députés poursuivis pour détournements divers et fraudes ne me semble nt pas venir des plus modestes d’entre eux bien au contraire !

Demain, je l’espère, les représentants du peuple, ne seront pas choisis, par l’intelligentsia de l’argent, comme aujourd’hui, car une démocratie ou les élus du peuple, sont choisis par des partis-castes n’est bien sûr pas une vraie ni en Belgique ni en France. Il y a peu j’ai entendu un homme politique ou un député affirmer qu’-être député, c’était un métier pour la vie.

Mon grand-père, qui fut sénateur en Belgique, parvenu à l’âge de la pension, la refusa, en affirmant qu’être sénateur n’était pas son métier. J’en suis très fier !

 

Cette conception, comme celle de Joffrin, ce matin c’est de début la fin d’une vraie démocratie que nous avons encore à découvrir plus qu’ régénérer. Représenter le peuple, ce n’est pas s’assimiler aux plus riches, au plus intellectuels du peuple mais continuer à faire partie du monde des travailleurs, donc aussi des petits, des sans grade, autant si pas plus, que des plus diplômés.

Quand un ouvrier, comme dans le parti belge, des travailleurs devient député, sa vocation n’est pas de devenir un prix nobel en science  politique, mais de rester solidaire, financièrement aussi de ses  frères qui l’ont élu.

Nous voilà bien loin, des divagations matinales de Monsieur Joffrin… et TANT MIEUX!!

Yvan Balchoy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article