Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

 

Dans un appel lancé à la veille du 14 juillet, des personnalités, communistes, gaullistes républicains, figures de la résistance, appellent à ce que le 14 juillet redevienne “la fête de la souveraineté nationale et populaire” et à rompre la soumission de la France à l’OTAN et la collaboration militaire franco-allemande.

Le 14 juillet 2019 ne doit pas célébrer la collaboration militaire franco-allemande et la soumission de la France à l’OTAN ; au contraire, le 14 juillet doit redevenir la fête de la souveraineté nationale et populaire !

Concernant la signification du défilé militaire du 14 juillet 2019, Emmanuel Macron écrit froidement : « La construction d’une Europe de la défense, en lien avec l’Alliance atlantique dont nous fêtons les 70 ans, est pour la France une priorité. Elle constitue le fil rouge de ce défilé. »

Pour nous tous, anciens Résistants, descendants de Résistants et/ou de Déportés, admirateurs et continuateurs de la France libre, de la Résistance intérieure armée (notamment FTPF et FTP-MOI), et du Conseil National de la Résistance, cette déclaration scandaleuse montre que l’actuel chef de l’État et l’oligarchie antinationale qu’il incarne, sont vraiment prêts à tout pour détruire l’indépendance de notre pays et, plus généralement, pour piétiner les valeurs démocratiques et républicaines que symbolise le 14 juillet. Pas seulement le 14 juillet 1789, date emblématique de la Révolution française et de sa signification universelle, mais le 14 juillet 1935 à l’occasion de laquelle fut proclamé, avec une forte dimension patriotique et antihitlérienne, le Front populaire antifasciste à l’occasion du meeting du stade Buffalo à Paris, ainsi que le 14 juillet 1945 qui fut une immense fête populaire célébrant la Libération du territoire national et appuyant le programme émancipateur du CNR intitulé « Les Jours heureux ».

Plus que jamais en ce 14 juillet 2019, 230ème anniversaire de la Révolution française, nous appelons à combattre le principe même d’une « armée européenne » intégrée à l’OTAN. Tout en stimulant comme jamais le réarmement de l’impérialisme allemand devenu le principal chef de file de l’Union européenne (l’élection récente de l’ancienne ministre allemande de la Défense à la présidence de la commission est un gage de plus donné aux va-t-en-guerre atlantistes qui ne rêvent que d’en découdre avec la Russie), tout en piétinant la décision historique de Charles De Gaulle de sortir la France du commandement intégré de l’OTAN (1966), la mise en place de cette armée signerait l’arrêt de mort du principe même d’une défense nationale que nous souhaitons exclusivement dédiée à la protection du territoire national à l’exclusion de toute menée expansionniste et de toute besogne répressive à l’encontre du peuple français.

 

Vous pouvez lire la suite de cet article sur le site "GRAND SOIR"

Un ancien article pûblié sur mon blog en 2009

Publié par BALCHOY




Ce matin en voyant sur le petit écran le spectacle des forces armées,  digne parfois des plus grands cirques , je ne peux m'empêcher de penser aux populations d'Algérie, du Vietnam hier etc.. etc... de l'Afghanistan de la Somalie  et de l'Irak aujourd'hui,   trop souvent malmenées, ensanglantées, abattues   par ces beaux uniformes  (bien entendu je ne parle pas que de la France, en Afghanistan les crimes des soldats US sont hélas fréquents  !) dont on efface le sang souvent innocent qui les souille.
Je suis un anti-militariste, c'est vrai, je n'aime pas la boucherie qui a déchiqueté des corps des mariés et de leur cortège plus d'une fois dans la sale guerre de l'Afghanistan...

Mais le rôle du chef de l'état, qui trop souvent  considère, traite ses ministre comme des paillassons n'a pas été à la hauteur de sa charge.
Je me demande s'il aurait réagi de la même façon si la victime avait été un beur ? Je veux l'espérer.
Qu'il reste le coeur de l'exécutif et laisse au monde judicaire   le soin d'apprécier dans une réflexion  critique et sereine un jugement qui, je pense, avait été équilibré,  quoi qu'en pensent certains.


Yvan Balchoy
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article