Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

Je viens d'écouter pour la première fois la chanson de Gauvain Sers : les oubliés et j'ai retrouvé d'un coup mon enthousiasme d'antan quand pour  la première fois aussi j'ai entendu à Lyon où j'étais étudiant "Q.uand on n'a que l'amour" de Jacques Brel encore très peu connu. Fier de ce chanteur venu de mon pays, je dus bien répondre à quelques raillerie de copains français mais je fus sûr d'un coup qu'un grand chanteur venait de naître.

Un peu plus tard, en écoutant "La France" de Jean Ferrat, je compris enfin la grandeur de ce peuple de France, tellement exploité aujourd'hui par ce pafrti qjui se prétend "Renaissance" alors qu'il n'est que décadence.

Bie n plus que le talent, la vérité sociale d'une chanson qui en quelques lignes fait surgir la grandeur du peuple de la LIBERTE-EGALITE-FRATERNITE aujourd'hui ombragée par un homme politique voulant diriger son pays comme un banquier.

Cette après-midi j'ai entendu pour la première fois la chanson de Gauvain Sers "LES OUBLIES" qui a réveillé mon espérance d'un demain social qui transfigure cette chanson qui nous décrit la misère rurale pour nous rappeler combien les compagnes pourraient être plus belles et plus joyeuses libérées de ce capitaliste dit libéral qui pourrit aujourd'hui l'humanité. (YB)

Gauvain Sers chante pour les "oubliés" des campagnes

Mercredi, 27 Mars, 2019

Entretien. Deux après le succès de Pourvu, le chanteur repéré par Renaud, Gauvain Sers, revient avec les Oubliés. Un album émouvant où il aborde la question de la désertification des campagnes et dénonce l’abandon des services publics en milieu rural au travers de paroles qui font écho à la lutte des gilets jaunes.

 

Gauvain Sers n’a pas besoin de grand-chose pour chanter. Une guitare, quelques suites d’arpège et des mots inspirés de la langue de Prévert lui suffisent. Deux ans après le succès de son album Pourvu, le chanteur repéré par Renaud, a choisi de se produire en  tournée acoustique dans les campagnes. Sa façon d’aller au plus près des “oubliés” auxquels il rend hommage avec justesse et sensibilité dans son nouvel album à paraître vendredi 29 mars. Éminemment émouvante, la chanson qui donne son nom à l’album lui a été inspirée par la lettre que lui a envoyée Jean-Luc Massalon, instituteur à Ponthoile, un village de la Somme en lutte pour sauvegarder son école, qui a dû fermer en septembre 2018.  Une histoire qui a touché Gauvain Sers. Partant de ce cas particulier, il a élargi la focale pour aborder la question de la désertification des campagnes et des villages qui meurent au travers de paroles qui font écho au mouvement des gilets jaunes. “On est les oubliés, la campagne, les paumés, les trop loin de Paris, le cadet de leurs soucis” chante-t-il, dénonçant en filigrane l’abandon des services publics en milieu rural. Entretien avec le chanteur qui dévoilera son album sur scène dans plusieurs festivals cet été avant une grande tournée cet automne qui le mènera jusqu’aux Zéniths de Limoges et de Paris les 24 et 25 avril 2020.

Comment est née la chanson les Oubliés qui donne son nom à votre album ?

Gauvain Sers : D’un instituteur qui était venu me voir en concert. Le lendemain, il m’a écrit une lettre dans laquelle il me parlait de la lutte pour essayer de sauvegarder son école qui était menacée de fermeture. Il en parlait avec énormément de passion pour son métier, cela m’a touché. C’est quelque chose que je ressens aussi. Je sais ce que c’est, j’ai grandi dans un village à la campagne dans la Creuse, mon père est prof de maths. L’Education nationale, c’est un milieu que je connais, j’en ai beaucoup entendu parler à table quand j’étais enfant. L’école, c’est un symbole hyper fort dans un village. Cela faisait quelque temps que je voulais écrire sur la désertification en milieu rural, des campagnes, mais je n’avais pas encore trouvé l’angle pour attaquer la chanson. Quand j’ai reçu cette lettre, ça été l’élément déclencheur.

LES OUBLIES

Devant le portail vert de mon école primaire

On l'reconnaît tout d'suite

Toujours la même dégaine avec son pull en laine

On sait qu'il est instit

Il pleure la fermeture à la rentrée future

De ses deux dernières classes

Il paraît qu'le motif c'est le manque d'effectif

Mais in sait bien c'qui s'passe

 

On est les oubliés

La campagne, les paumés...

 

 

Lire la suite à l'adresse suivante :

https://www.paroles.net/gauvain-sers/paroles-les-oublies

https://www.bing.com/videos/search?q=gauvain+sers+youtube&ru=%2fsearch%3fq%3dgauvain%2bsers%2byoutube%26FORM%3dR5FD&view=detail&mmscn=vwrc&mid=5E9AF93A4D494F8776225E9AF93A4D494F877622&FORM=WRVORC
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article