Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

03-05-189- MONSIEUR CASTANER, MINISTRE DE L'INTERIEUR NOUS DIT-IL LA VERITE ? (YB)
 
 

Pitié-Salpêtrière : les gardes à vue levées, Castaner persiste

 
Par
Auteur
/ Jeudi 2 mai 2019 à 20:52 13
Christophe Castaner. Photo © Yann Bohac/SIPA
 

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner avait dénoncé une intrusion violente dans le service réanimation de l’établissement, mais une vidéo contredisait cette thèse. 

La polémique autour de l’intrusion au sein de l’hôpital de La Pitié-Salpêtrière lors des manifestations du 1er mai prend de l’ampleur. Alors que Christophe Castaner évoquait une « attaque » contre l’établissement, une vidéo filmée par le personnel médical semble mettre à mal cette théorie. Le procureur de la République a décidé de lever l’ensemble des gardes à vue relatives à cette intrusion, selon une information du parquet de Paris. 

Pourtant, peu avant cette annonce, le ministre de l’Intérieur avait maintenu sa version sur franceinfo : « Les faits sont là : l’enceinte d’un hôpital a été forcée, des individus ont tenté de s’introduire dans un service de réanimation », a persisté le ministre. « C’est un incident très grave. Il est navrant de constater qu’au lieu de condamner clairement ces faits inadmissibles, certains préfèrent jouer sur les mots pour entretenir une polémique indigne », a-t-il ensuite lâché, sûr de lui. Par cette sortie, Christophe Castaner voulait se défendre des attaques de l’opposition, qui le ciblent depuis la sortie de la fameuse vidéo, et exigent sa démission. 
« C’est la réa, on peut pas ! »

Sur la dite vidéo, filmée du haut de la passerelle qui permet d’accéder à la sortie de secours du service réanimation, on aperçoit de nombreux manifestants qui ont déjà pénétré dans l’établissement par l’accès de la résidence universitaire du Crous, poursuivis par les forces de l’ordre. Plusieurs manifestants grimpent alors à toute vitesse les escaliers menant à cette passerelle, dont la porte est fermée et bloquée in extremis par le personnel médical. « C’est la réa, on peut pas ! », « y’a des malades ici ! », « casse toi ! », les entend-on crier. Parmi les manifestants, quelques « gilets jaunes », mais aucun individu encagoulé ou masqué. Après quelques instants, les policiers parviennent à les évacuer dans le calme. Un bref échange a alors lieu entre soignants et manifestants, la porte ouverte. « Ils nous gazent ! », explique l’un d’eux. « Ils ne vont rien vous faire », tente de tempérer une des soignantes. « Ils n’ont rien compris, ils ne savaient pas, ils ont juste cherché une issue possible », explique une autre soignante à la fin de la vidéo.

 

 

-Pour le député LFI Éric Coquerel, il s’agit clairement d’un désaveu pour Christophe Castaner, qui « doit démissionner ».

-« Castaner est un menteur », selon Mélenchon

Peu avant la diffusion de cette vidéo, Jean-Luc Mélenchon en personne avait violemment fustigé les propos du ministre de l’Intérieur. « Monsieur Castaner est un menteur en plus d’être incompétent », a-t-il accusé dans des propos relayés par franceinfo. « Il s’est précipité hier soir sur les plateaux de télévisions pour faire croire à une attaque d’un hôpital. Le mot attaque, c’est très grave. Cela veut dire que des gens délibèrent de prendre d’assaut un hôpital.

Naturellement ce n’est pas vrai », a-t-il ensuite affirmé. Pour le leader de La France insoumise, les gens « se sont précipités là en se disant nous sommes en sûreté. Ca ne s’appelle pas une attaque. Enfin, il faut quand même peser ses mots. Moi quand je vous dis que le ministre est un menteur je pèse mes mots », a-t-il finalement asséné. 

Monsieur Castaner n'en n'est pas à son premier éborgnage via une arme choisie par lui malgré sa dangerosité, ni sa première main arrachée dans les mêmes conditions. Cela ne l'a pas empêche un samedi soir en tout cas d'oublier ses "bêtises" en charmante compagnie.

Bref, si j'étais  Président ou Premier Ministre conséquent, je lui chercherais une autre mission susceptible de moins nuire non seulement aux Français mais aussi aux  prétendus "Marcheurs".

Yvan Balchoy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article