Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

Très bonne émission sur la "DEUX", ce dimanche matin, dans le cadre de l'émission "religieuse" sur le Protestantisme sur la vie et la lutte contre le nazisme du pasteur Dietrich Bonhöffer.  

J'ai commenté plus d'une fois la vie et le message vivifiant même si déconcertant de ce pasteur arrêté pour lien avec un attentat contre Hitler et finalement exécuté à l'aube de la libération.

Un vrai martyr du Christ pour notre temps !

Publié par BALCHOY

CHRISTIANISME VEUT DIRE DECISION SELON DIETRICH BONHOEFFER - REEDITION

 

 

Lecteurs de mon blog vous connaissez sans doute mon admiration pour le chrétien que fut Dietrich Bonhoeffer face à l’abomination du Nazisme. Ce grand Pasteur engagé fut aussi un écrivain passionné par l’actualité de la Parole de Dieu et un résistant farouche contre Hitler. Sa participation à l’attentat raté contre le Führer qui faillit libérer le monde du tyran le conduisit dans les camps de concentrations puis à l’aube de la fin de la guerre au martyre.

 

« Il se peut que dans certaines choses je puisse paraître un peu fanatique et fou. Et j’en ai peur moi-même parfois. Mais je sais que si je devenais plus « raisonnable », je devrais le lendemain raccrocher toute ma théologie. Lorsque j’ai commencé avec la théologie, je me suis représenté quelque chose d’assez différent – c’était peut-être une affaire quelque peu académique. Et à présent, c’est devenu quelque chose de tout à fait différent. Mais je crois être parvenu enfin à trouver la voie juste – pour la première fois dans ma vie. Et  cela me rend très heureux. J’ai seulement toujours peur que, par simple peur de l’opinion d’autrui, je n’avance pas, mais que je fasse du surplace. Je crois savoir que je serai vraiment intérieurement clair et sincère si je commence vraiment à prendre au sérieux le Sermon sur la Montagne. C’est là que se trouve la source énergétique qui peut faire sauter tout ce bazar et ce cauchemar (du national-socialisme) jusqu’à ce qu’il ne subsiste de ce feu d’artifice que des restes calcinés. Il y a des causes qui méritent que l’on s’engage pour elles sans compromis. Et à mon sens, la paix et la justice sociale et donc la réalité du Christ sont de ces causes-là (13,272)…

 

On ne peut lire la Bible comme les autres livres. On doit être disposé à l’interroger vraiment. A cette condition seulement, elle s’ouvra à nous. C’est alors qu’elle se livre à nous. Évidemment nous pouvons aussi lire la Bible comme nous faisons de tout autre livre, donc du point de vue de la critique textuelle, etc. A cela il n’y a rien à objecter. Sinon que cette façon de faire ne nous livre pas l’essence de la Bible, mais seulement se surface. Tout comme nous ne saisissons pas la parole d’un être humain que nous aimons en la disséquant, mais comme une parole que nous accueillons et qui résonne en nous toute la journée, de même en va-t-il ainsi de la Parole de la Bible (14,144)

 

"Nous ne pouvons pas être honnêtes sans reconnaître qu’il nous faut vivre dans le monde "etsi deus non daretur "(comme s’il n’y avait pas de Dieu) Et cela justement, nous le reconnaissons devant Dieu. Dieu lui-même nous oblige à admettre cela. Ainsi, le fait de devenir majeurs nous amène à reconnaître de manière plus authentique quelle est notre situation devant Dieu. Dieu nous donne à savoir qu’il nous faut vivre comme des gens qui y arrivent tout seuls dans la vie, sans Dieu. Le Dieu qui est avec nous est le Dieu qui nous abandonne (Marc 15,34) ! Le Dieu qui nous laisse vivre dans le monde sans l’hypothèse de travail, Dieu est le Dieu devant lequel nous nous tenons constamment. Devant Dieu et avec Dieu, nous vivons sans Dieu. Dieu se laisse repousser du monder et mettre en croix. Dieu est impuissant et faible dans le monde et c’est ainsi et ainsi seulement qu’il est avec nous et qu’il nous aide. (8,533.s)"

 

Dietrich Bonhoeffer (1906-1945)  Biographie par Ferdinand Schlingensiepen, Edition Salvator, Paris, page 396

 

 

 

 

 

Qui est Dietrich Bonhoeffer, un pasteur protestant qui durant la tragédie du Nazisme contrairement à beaucoup d’ecclésiastiques s’est élevé au nom de sa foi contre Hitler et son idéologie antiévangélique.

Il a participé à l’attentat contre Hitler et après avoir séjourné longuement dans des camps de concentration fut exécuté à l’aube de la libération sur ordre des plus hautes autorités nazies.

 

Quand je lis ce texte, je rêve à un dialoguie de Dietrich Bonhoeffer avec Marx à propos de sa célèbre thèse : Dieu est l’opium du peuple. C’est vrai, j’en suis persuadé, que Marx avait toute raison de parler ainsi devant l’exemple ou plutôt le non exemple des chrétiens de son temps.

Dietrich Bonhoeffer l’homme qui a voulu nous apprendre à vivre pleinement notre vie humaine sans l’hypothèse Dieu, comme un athée donc et qui en est mort courageusement me semble un grand témoin de l’Evangile.

 

Yvan Balchoy

 

 

 

 

yvanbalchoy13@gmail.com

 

Ces textes sont tirés de l’excellent ouvrage de Ferdinand SCHLINGENSIEPEN : DIETRICH BONHOEFFER 1906-1945- Biographie. (SALVATOR 75006, PARIS°  - traduit de l’allemand par Charles Chauvin et Raymond Mengus) - pages 120-121

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article