Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

17-03-19 - ET SI ON INVERSAIT LE PREMIER MINISTRE AVEC LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE ? (YB)
17-03-19 - ET SI ON INVERSAIT LE PREMIER MINISTRE AVEC LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE ? (YB)

 

Ce matin sur Europe 1, interview de plus d'une heure du premier Ministre.

Certes, il ne serait pas mon choix préférentiel à ce poste.

Je préférerai toujours un homme vraiment de gauche à ce poste mais pour l'instant ça me semble chimérique.

Mais il a, c'est manifeste, une expérience politique réelle derrière lui en particulier comme maire du Havre.

Je n'ai pas entendu de lui ces mots blessants et parfois imbéciles qui nous sont venues d'un  patron de l'Elysée qui certes a une grande mémoire et une capacité d'organisation exceptionnelle dans ses discours où il transforme l'écoute de l'autre en péroraison face à l'autre.

Monsieur Philippe a appris dans sa vie à discuter avec des personnalités de son avis  mais aussi des personnalités opposées politiquement mais qui constituent une part des institutions et décisions qui s'y opèrent. Il sait mettre de l'eau dans son vin.

En même temps, je crois que Monsieur Macron n'a pour l'instant rien à craindre de lui car il lui a donné sincèrement se parole et son appui pour garder son cap, même peut-être quand lui agirait autrement que le Président de la République.

Bref c'est sans un des meilleurs premiers ministres dont peut se prévaloir le Président de la République.

Mieux, malgré mes nombreux désaccords avec lui, je suis convaincu qu'il serait un meilleur président que l'actuel, car moins obnubilé par sa science infuse qui le persuade que son avis est plus pertinent que celui de la majorité de son peuple.

Macron, malheureusement pour lui, n'a jamais dirigé une mairie ou arbitré les tendances diverses d'un parti.

Son expérience bancaire puis Elyséenne lui a donné certes le sens de l'autorité bien plus que la souplesse à mettre d'accord, coordonner l'actions de personnes d'opinions diverses.

La consultation du peuple français qu'il vient de présider, dynamité dès son premier jour par les interdits et vétos qu'il a opposés non seulement au Gilets jaunes qu'il déteste manifestement mais même au peuple.

Ne lui a-t-il pas interdit de revenir sur la suppression de l'ISF, le RIC… dont on savait pourtant qu'ls constituaient un des choix les plus plébiscités par l'opinion publique.

Voilà pourquoi je n'attends guère des conclusions qu'acceptera Macron au terme de ce pseudo-sondage du peuple : une réindexation des pensions les plus modestes (regardez les adjectifs utilisés par la droite puis les "marcheurs" pour désigner les français les plus pauvres, ils sont défavorisés, modestes etc... presque jamais pauvres ou exploités.

Il ne s'agirait donc que de retoucher une des mesures les plus injuste de celui  qui de haut de sa jeunesse considère avec mépris les vieux qui ne travaillant plus ne sont plus des  personnes "actives" mais un poids social à réduire le plus possible.

Donc, si Monsieur Philippe devenait Président, je suis persuadé que la France qui est d'accord avec la Droite et les pseudo "marcheurs" se porterait plus tôt mieux face à la crise des Gilets jaunes, qu'il n'apprécie sans doute pas plus que le Président actuel mais avec qui le dialogue serait ardu, c'est sûr, mais plus constructif.

En revanche, je n'arrive pas à imaginer Macron premier Ministre acceptant de se plier à l'autorité d'un supérieur et obligé de mettre beaucoup plus d'eau dans son vin qu'il n'est capable de le supporter.

Mais les faits sont têtus. Philippe restera dans les mois qui viennent le premier Ministre d'une politique toute axée sur les quelques % des français les plus riches, les copains de Macron et méprisant pour tous celles et ceux qui ne font pas partie de cette élite du Fric qui seule à ses yeux est légitime pour diriger la France

A l'inverse, les Gilets jaunes qui sont et restent à ses yeux des ignares justes bons à se faire repousser, voire crever les yeux par les forces de l'Ordre du brutal et peu raffiné Castaner  qui ne mérite pas d'être à la tête de ceux qui devraient être les gardiens de la paix d'un des peuples les plus géniaux  et généreux de l'humanité.

Yvan Balchoy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article