Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

 

 

L’institut des droits civils de Birmingham, la plus grande ville de l’Alabama aux USA, qui cédé aux pressions du lovbby israélien et annulé une remise de prix à la grande militante Angela Davis, en raison de son soutien au boycott d’Israel, vient de revenir sur sa décision !

Après un incroyable bras de fer, la militante qui est née à Birmingham, recevra bel et bien ce prix Fred L. Shuttlesworth pour la défense des droits humains, a décidé le comité ad hoc.

Plus de 350 universitaires avaient signé une lettre condamnant l’annulation de la remise de ce prix. Des historiens de l’American Historical Society étaient montés au créneau pour Angela, de même que le maire de la ville. Et trois membres de l’Institut des droits civils de Birmingham, dont son président et son vice-président, avaient donné leur démission après l’annonce de son annulation.

Il faut dire qu’Angela Davis est connue et reconnue pour ses nombreux combats, non seulement contre les discriminations raciales, mais aussi contre les emprisonnements massifs comme pour le féminisme.

Alors quand le "Holocaust Education Center " a demandé au Conseil d’administration de cet institut de revenir sur sa décision et de ne pas lui attribuer de prix en raison de sont soutien à la campagne BDS (Boycott, Divestment and Sanctions), et que l’Institut a cédé, le tollé ne s’est pas fait attendre !

Angela Davis est une native de Birmingham en Alabama, et a même grandi dans un quartier appelé "Dynamite Hill", tellement il était bombardé régulièrement par le Ku Klux Klan.

"Je n’ai jamais caché mon soutien à BDS et mes efforts pour élargir ce mouvement similaire à celui de l’Afrique du Sud de l’apartheid", avait déclaré Angela Davis, lorsqu’on lui avait signifié l’annulation de la remise de prix.

"Et je ne suis pas mécontente que cette polémique remette sur le devant de la scène la question de la justice pour les Palestiniens", avait-t-elle ajouté, en soulignant qu’elle se félicite des nombreux succès remportés par BDS, notamment sur les campus universitaires américains, auprès des étudiants noirs notamment.

"N’oublions pas que ce sont des militants palestiniens qui furent les premiers à s’engager, en 2014, en faveur de la révolte Ferguson, et à montrer leur solidarité qui a contribué au développement de "Black Lives Matter" (Les vies noires comptent)", explique-t-elle dans une interview à Democracy Now.

(Traduction par CAPJPO-EuroPalestine)

Source : https://www.democracynow.org/2019/1/25/breaking_birmingham_civil_rights_institute_reaffirms?utm_source=Democracy+Now%21&utm_campaign=f385f86766-Daily_Digest_COPY_01&utm_medium=email&utm_term=0_fa2346a853-f385f86766-192190629

CAPJPO-EuroPalestine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article