Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

« La population belge a réussi à imposer des questions à l’agenda. Des citoyens ont gagné la conviction que la mobilisation peut faire bouger les choses. C’est le paradoxe de 2018: une défiance par rapport aux élus, et parallèlement, une implication politique pouvant aussi être basée sur des attitudes individuelles. En consommant local, en adoptant d’autres comportements de transport, en accueillant des réfugiés etc. La population se repolitise. L’apathie aura duré longtemps. C’est la fin d’un consensus sur la manière avec laquelle la démocratie doit fonctionner. »

Le politologue Jean-Benoît Pilet, chercheur et enseignant à l’ULB, membre de Centre d'étude de la vie politique de l'ULB - Cevipol dont il a été le président.

#AllUnited

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes souriantes, barbe
 
 
Commentaires
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article