Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
 

L’opinion étant maintenant divisée à égalité entre ceux qui sont pour la solution à un état et ceux qui sont pour celle à deux états, beaucoup de gens aux États-Unis s’intéressent aux inégalités institutionnalisées dont souffrent les Palestiniens.

Deux années de Donald Trump et de Benjamin Netanyahu à la tête du processus de paix au Moyen-Orient ont provoqué des changements… d’un genre qui ne plaira sans doute ni à l’un ni à l’autre.

Selon un sondage publié la semaine dernière par l’Université du Maryland, l’opinion publique étatsunienne est maintenant divisée à parts égales entre ceux qui préconisent la solution à deux États et ceux qui optent pour un seul État partagé par les Israéliens et les Palestiniens.

Et si l’option d’un état Palestinien est éliminée – ainsi que le constate un nombre croissant d’analystes de la région -, du fait de l’intransigeance d’Israël et du report sans fin du plan de paix de Trump, le soutien à un seul État progresse énormément : près de deux tiers des Etatsuniens sont pour.

Netanyahou serait ravi si cela voulait dire que les Etatsuniens partagent sa vision du Grand Israël. Mais les personnes interrogées veulent une solution à un seul État qui garantisse l’égalité des droits entre Israéliens et Palestiniens.

Seulement 17 % des Etatsuniens qui se sont exprimé – probablement des chrétiens évangéliques et des soutiens juifs inconditionnels d’Israël – soutiennent l’approche des partis au pouvoir en Israël : à savoir, soit poursuivre l’occupation, soit annexer des territoires palestiniens sans accorder la citoyenneté aux habitants.

Tout cela se produit bien que les politiciens et les médias étatsuniens ne soutiennent pas la solution à un seul État, bien au contraire.

Le mouvement de boycott d’Israël, connu sous le nom de BDS, se développe sur les campus américains, mais il est vilipendé par les officiels de Washington, qui prétendent qu’il a pour objectif de supprimer le caractère juif de l’état Israël en instaurant un État unique dont tous les habitants seraient égaux. Le Congrès américain projette même d’interdire le mouvement BDS.

Et le mois dernier, CNN a licencié son commentateur Marc Lamont Hill parce qu’il avait repris un discours aux Nations Unies qui préconisait la solution à un seul État – ce que 35% de la population américaine avait approuvé.

Tout porte à croire qu’avec le temps, les sondages vont faire état d’une opposition de plus en plus grande aux plans du Grand Israël de Netanyahu et aux prétentions de Washington à être un médiateur crédible.

Chez les jeunes Américains, le soutien à un seul État monte à 42%. Cela en fait de loin l’issue la plus populaire dans ce groupe d’âge à un accord de paix au Moyen-Orient.

Un autre signe du fossé qui se creuse entre Washington et l’opinion publique américaine, est que 40 % des personnes interrogées souhaitent que les États-Unis imposent des sanctions à Israël pour qu’il arrête de construire des colonies en territoire palestinien. En d’autres termes, ils soutiennent la sanction la plus sévère du programme du BDS.

Et à la question de savoir qui est le principal responsable de l’absence de réaction de Washington, environ 38 % répondent qu’Israël a ’trop d’influence’ sur la politique américaine.

Les lobbyistes israéliens qualifient cet opinion d’antisémite. Pourtant, tout autant de Juifs étatsuniens s’inquiètent de l’ingérence d’Israël.

Le résultat de ce sondage est la suite logique du processus de paix d’Oslo. Cela fait un quart de siècle que les États-Unis le mènent sans que les Palestiniens voient leur sort s’améliorer. Et surtout les interminables pourparlers d’Oslo sur deux États ont fourni à Israël un alibi pour s’approprier toujours plus de terres palestiniennes pour y construire ses colonies illégales.

Sous couvert du ’consensus’ d’Oslo, Israël a transféré un nombre toujours plus important de Juifs dans les territoires occupés, rendant ainsi presque impossible une résolution pacifique du conflit. Selon le Statut de Rome de 1998 de la Cour pénale internationale, cela constitue un crime de guerre.

Fatou Bensouda, procureure générale du tribunal de La Haye, a annoncé ce mois-ci qu’elle était en train de finaliser l’enquête préliminaire qui lui permettrait de décider si elle ouvrait une enquête pour crimes de guerre contre Israël et ses colonies.

La réalité, cependant, c’est que la CPI a repoussé l’enquête par peur d’une réaction négative de la Maison-Blanche. Néanmoins, les faits sont là et la Cour va devoir y faire face.

La logique d’Israël – et la preuve que le pays agit en violation flagrante du droit international – est encore apparue aux yeux de tous, cette semaine. L’armée israélienne a bouclé Ramallah, la soi-disant capitale, soi-disant autonome, de la Palestine occupée, pour ’punir’ les Palestiniens après que deux soldats israéliens ont été abattus à l’extérieur de la ville.

Le gouvernement Netanyahu a également approuvé la construction de toute une série de nouvelles colonies, soi-disant en ’représailles’ d’une soi-disant recrudescence des attaques palestiniennes.

Mais Israël et ses alliés occidentaux savent très bien que la colonisation israélienne et la violence palestinienne sont intrinsèquement liées. L’une mène à l’autre....

Vous pouvez lire la suite de cet article sur le site "INVESTIG'ACTION" de Michel Collon.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article