Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

03-01-19-SOUPLESSE POUR LES RICHES CONTROLES ACCRUS POUR LES CHOMEURS, MACRON N'A PAS CHANGE ET LAISSE APPARAÎTRE QUI SONT SES AMIS

La ministère du Travail présente lundi la nouvelle version du contrôle des chômeurs. Certains, jugés insuffisamment actifs, pourraient provisoirement perdre leur allocation.

Mieux contrôler les chômeurs, Emmanuel Macron, en avait fait une promesse de campagne. Elle prend forme ce lundi après-midi. Patronat et syndicats ont rendez-vous au ministère du Travail pour se faire présenter le projet qui devrait prendre la forme d'un arsenal de sanctions renforcées pour ceux qui ne recherchent pas assez activement du travail.

Nouvelles sanctions et offres redéfinies. Une allocation chômage divisée par deux, voire carrément suspendue un ou deux mois, voilà ce qui attend les chômeurs qui ne montrent pas leur volonté de retrouver un travail, c'est-à-dire ceux qui refusent des formations ou qui déclinent plus de deux fois une offre raisonnable d'emploi. Les offres devraient également être redéfinies en fonction de ce que le chômeur est prêt à accepter : distance domicile-travail, salaire ou encore temps plein ou temps partiel.

Des mesures que Pierre-Edouard Magnan, du mouvement national des chômeurs et précaires, juge inacceptables : "Une fois de plus, on considère que les chômeurs sont responsables de leur chômage, que s'ils cherchaient activement un emploi, ils en trouveraient un facilement et que s'ils n'en trouvent pas, c'est qu'ils n'en cherchent pas. On met le chômeur entre le criminel qu'il faut condamner et l'enfant qu'il faut punir", s'insurge-t-il.

ENTENDU SUR EUROPE1 :

Tant qu'il n'y a pas d'offre pour tout le monde, il est absolument scandaleux, j'ai envie de dire dégueulasse, de suspendre ou de radier les chômeurs, ou de piquer leur revenu

"Le compte n'y est pas". Et d'ajouter : "On sait qu'un chômeur qui ne cherche pas d'emploi est avant tout un chômeur complètement découragé.

Si vous prenez les trois millions de chômeurs de la catégorie A et que vous avez en face, au mieux, 300.000 offres, le compte n'y est pas.

Tant qu'il n'y a pas d'offre pour tout le monde, il est absolument scandaleux, j'ai envie de dire dégueulasse, de suspendre ou de radier les chômeurs, ou de piquer leur revenu. Parce que c'est ça que ça veut dire quand on dit suspendre. Alors qu'ils n'ont pas les moyens et que la société n'a pas d'emploi à leur proposer. Le fond du problème est là, mais quand on ne sait pas se battre contre le chômage de manière efficace, on se bat contre les chômeurs, comme ça, on dit à l’opinion publique qu'on est actif et qu'on fait des choses."

Quant aux contrôles proprement dits, ils devraient augmenter avec le triplement du nombre d'agents dédiés à Pôle Emploi : ils passeront de 200 à 600 d'ici la fin de l'année.

https://www.europe1.fr/societe/le-plan-du-gouvernement-pour-renforcer-le-controle-des-chomeurs-3602945

POINT DE VUE D'YVAN BALCHOY

 

Rappelez-vous les premiers jours de Jupiter-Macron,  la suppression de l'impôt le plus juste de France au profit d'une grosses poignée d'aristocrates de l'argent dans le seul espoir qu'ils allaient utiliser cet argent pour activer l'industrie et l'économie de France.

Aucun contrôle ne leur fut demandé !

Bien vite  on ramena à 30 % l'impôt maximum sur le capital, nouveau cadeau du prince des riches à ses semblables.

La mise en route du programme ultra-libéral, ultra inégalitaire du nouveau Président exigeait le détricotage au détriment des plus faibles du droit du travail.

Rappelons-nous l'infamie, dans le monde judiciaire, de la limitation du droit des lésés injustement par leur entreprise lorsque celle-ci aurait gravement lésé leurs droits. Une honte :  voulant priver le juge du travail, un vrai magistrat,  de sa liberté d'estimer le prix de ce vol, aujourd'hui heureusement mise en brèche par un juge courageux.

Dois-je rappeler, le début de cet article, qui exige un contrôle de plus en plus strict des chômeurs tandis que l'argent coule à flot sans contrôle au profit des plus riches

Je n'oublierai jamais le sourire méprisant, le pseudo-savoir de cette triste ministre du travail, qu'on devrait plutôt appeler la représentante des riches dont elle fait partie à la base de ce torpillage des droits du peuple qui aujourd'hui refuse tout augmentation juste du SMIC au nom de dogmes imbéciles venant de certains économistes genre perriformes qui se croient sortis de la cuisse de Jupiter.

Je pense tout autant que l'abandon des droits des cheminots  n'avait pour but que de livrer à l'avenir  cette entreprise d'état au grand  Capital  à la  grande finance libérale et internationale.

Même si je ne me sens nullement Gilet Jaune, je ne peux que me réjouir de leur capacité à obliger le tyran libéral à mettre le pied à terre et j'espère que la prochaine réforme des retraites, presque appliquée quantitativement par décret inique aux retraités actuels  qui voient leur pouvoir d'achat par la volonté de Macron privée année après année de leur pouvoir d'achat afin de servir de cobayes à la planification du montant de ces retraites à venir via une une réforme par point que chaque gouvernement pourra manipuler à sa guise.

Gare à cette réforme du chômage qui au lieu de pousser avec énergie les industriels et les financiers à accroître le nombre d'emplois en les rétribuant plus équitablement, les salariés français risquent d'être soumis de plus en plus  à l'avidité des plus riches soucieux de l'être plus encore.

Voilà pourquoi j'attends beaucoup de ces contre-pouvoirs qui obligent le"roi" de la finance libérale à mettre beaucoup d'eau dans son vin d'amertume au profit du peuple français.

 

Yvan Balchoy

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article