Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

 

 

1 décembre 2018 ArticlesSlider

Photo : TwitterOn voit ici Macron, tout miel, donnant des assurances sur le fait que tuer des opposants et même aller jusqu'à les faire dépecer n'était finalement pas si grave que cela, face aux énormes intérêts du complexe militaro-industriel français - Photo : Twitter

 


 


 


 

Al Jazeera – Macron a rencontré le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed bin Salman, en marge du sommet du G20 à Buenos Aires, la capitale de l’Argentine.

 

Selon des responsables de l’Élysée, Macron a transmis vendredi un message « très ferme » [quelle rigolade – NdT] au prince saoudien à propos du meurtre du chroniqueur du Washington Post, Jamal Khashoggi, en octobre, ainsi que de la guerre en cours au Yémen.

Macron aurait déclaré que l’Europe insisterait pour que des experts internationaux participent à l’enquête sur l’assassinat de Khashoggi, a rapporté l’agence de presse Reuters.

Un échange crypté entre les deux vendredi a été capturé sur une vidéo et partagé par la Gazette saoudienne de langue anglaise.

Dans la vidéo, on peut entendre le prince Mohammed, également connu sous le nom de MBS, qui dit au dirigeant français de ne pas s’inquiéter, ce à quoi il répond: « Je suis inquiet ».

Macron dit ensuite à MBS: « Tu ne m’écoutes jamais », ce à quoi le prince répond: « J’écouterai, bien sûr. »

MbS: « Ne t’inquiète pas »
Macron: « Je m’inquiète. Je suis inquiet … »
MbS: « Il m’a dit. Je vous remercie. »
Macron: « Je ne veux pas … »
MbS: « Non »
Macron: « Tu ne m’écoutes jamais »
MbS: « J’écouterai, bien sûr »
Macron: Inaudible
MbS: « C’est bon, je peux m’en occuper »
Macron: “Je suis un homme de parole”
La vidéo : un Macron tout mielleux et obséquieux s’humilie honteusement devant le psychopathe et criminel en chef MBS: pic.twitter.com/EZYDfKY4DG – 30 novembre 2018

Le contexte de l’échange n’est pas clair, mais les dirigeants occidentaux, dont Macron et la première ministre britannique Theresa May, ont juré de questionner le prince saoudien à la suite du meurtre de Khashoggi, disparu [assassiné par étouffement après avoir été torturé, puis ensuite démembré] au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul le 2 octobre.

Plusieurs États, y compris les États-Unis et le Canada, ont déjà imposé des sanctions aux agents saoudiens impliqués dans le meurtre, mais de fortes suspicions subsistent quant au rôle du prince héritier saoudien dans l’assassinat [la CIA a établi que MBS était le commanditaire direct du meurtre].

La France a également imposé des sanctions, notamment des interdictions de voyager à 18 citoyens saoudiens liés au meurtre. Les responsables français ont également déclaré que davantage de sanctions pourraient suivre en fonction des résultats d’une enquête.

L’Arabie saoudite rejette toute idée selon laquelle MBS aurait eu connaissance de l’opération visant à tuer Khashoggi, mais la Turquie a toujours laissé entendre qu’un haut niveau de la participation saoudienne était impliqué, sans accuser aucun roi saoudien de haut rang.

L’assassinat de Khashoggi a provoqué l’indignation dans les États occidentaux et les gouvernements traditionnellement alliés à l’Arabie saoudite se sont retrouvés confrontés à des difficultés pour sanctionner le royaume avec le risque de détériorer les liens et de mettre en péril les contrats commerciaux et militaires.

Le président américain Donald Trump a prévenu que les États-Unis risquaient de perdre des milliards de dollars s’il prenait des mesures punitives à l’encontre de Riyad.

Le G20 est la première participation du prince Mohammed à une réunion de dirigeants occidentaux depuis l’assassinat de Khashoggi.

1° décembre 2018 – Al Jazeera – Traduction : Chronique de Palestine

 

http://www.chroniquepalestine.com/avec-le-boucher-de-ryad-pour-macron-cest-business-as-usual/

 

C'est à un assassin immonde que Macron donne la main en le reconnaissant au moins implicitement comme un interlocuteur international nécessaire.

C'est un peu comme ceux qui ont négocié il y a un siècle avec le dirigeants nazis dont Hitler en mettant entre parenthèses ses crimes sanglants contre les juifs, les malades mentaux, les tziganes, les communistes etc.. etc..

Bien sûr l'Arabie Saoudite, où une famille exploite tout un peuple, comme nos seigneurs d'antan avec un droit de vie et de mort absolu qui se traduit par de nombreux assassinats déguisés en peines de mort.

Parmi ces dirigeants, ce MBS, comme on l'appelle impudiquement, n'est qu'un  serial Killer sanguinaire dont la place est manifestement au Tribunal de La Haie et non à un assemblée internationale.

Je me rappelle l'arrestation larvée hélas, de Pinochet  en Grande Bretagne, qui fut néanmoins un grande victoire morale passagère, et je me dis qu'il faudrait qu'un état courageux  arrête cet assassin.-Je doute qu'un état comme l'Argentine actuelle ait le courage nécessaire et si tel était le cas qu'un bouffon comme Trump le laisse agir.

Vous me direz que l'économie de l'Occident dépend du pétrole de cette état pseudo religieux mais réellement tyrannique, mais n'oublions pas que sans la vente de son pétrole ce même pays retomberait vite dans son apathie et sa situation moyenageuse d'hier.

Le minimum du minimum est de ne plus accepter ce prince assassin dans les assemblées internationales en le mettant d'office "persona non grata" au plan international.

Demander cela à Macron, me semble très problématique. Cet homme se croit avoir la même science infuse que les papes d'hier et il préfère apparemment une France dans un désordre chaotique que renoncer ou retarder une augmentation si relative de 7 centimes pour le fioul et de ,5 centimes pour l'essence.

En réalité il ne peut admettre que le peuple puisse l'obliger à tempérer ses idées. En agissant ainsi, il court le risque de devenir inaudible et inacceptable pour son peuple ce qui au plus tard à la prochaine élection  lui coûtera très cher

P.S. La mort de Bush père , ne me fera pas verser des larmes de crocodile. Sans doute sa férocité politique fut moindre que celle de son fils, assassin lui aussi sanguinaire, mais il reste un représentant type de ces Etats-Unis qui entendent , même quand ils se réfugient comme aujourd'hui dans le renfermement sur eux-mêmes, continuent à vouloir imposer aux nations du monde l'emprise aussi nocive que l'emprise carbone du capitalisme libéral qui marchandise toutes les valeurs humaines.

Yvan Balchoy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article