Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

04/11/18  AUJOURD'HUI LE REFERENDUM DE NOUVELLE CALEDONIE EST-IL LA FIN D'UNE DOMINATION EN CE TERRITOIRE COLONISE?

Ce Matin sur Europe 1, un des protagonistes des accord de Noumea, un certain Blanc, bien nommé si je ne me trompe,  nous a clairement révélé le pourquoi et le comment de ces accords qui n'ont pas mis 30 ans à se concrétiser sans raison impérieuse et fallacieuse.

Il a commencé son discours en relevant la victoire du "NON" au moment même de la clôture des votes comme si la conclusion de cette élection était jouée d'avance.

Bien sûr, la journaliste qui l'interrogeait l'a alarmé sur cette bévue qui manifestement prouvait la vraie intention des autorités françaises à propos de la Nouvelle Calédonie.

Alors il a fait semblant d'admettre une  pseudo-incertitude sur le résultat de cette consultation mais on sentait bien qu'il restait sur le succès certain pour lui du "NON".

D'ailleurs, il l'a reconnu implicitement en reconnaissant que si on avait voté il y a trente ans, la victoire du NON aurait été quasi certaine.

De là ce long délai où à travers un matraquage des medias pour faire peur aux Kanaks d'une interruption de l'aide de la France, synonyme du Chaos.

Ce n'est pas la première fois dans l'histoire que ce chantage est opposé aux peuples colonisés pour les inciter à rester soumis au pouvoir colonisateur.

Oui ces trente ans, de son propre aveu, étaient nécessaires à ses yeux pour assurer le triomphe des Caldoches sur les Kanaks d'ailleurs divisés grâce à ce délai médiatique,  et aussi, le principal peut-être, le maintien de bases militaires et de droits maritimes capitaux pour Paris.

N'est-ce pas les seuls colonisés, qu'on a privés depuis près d'un siècle de leurs droits fondamentaux à choisir s'ils veulent devenir indépendants ou rester solidaires de la France.

Oui, ce référendum est un piège, bien ficelé pour obtenir un NON I que ce matin un représentant de la France a proclamé à la place du peuple Kanak.

C'est à lui et à lui seul que devait être reconnu le droit de choisir son avenir. Ce ne fut pas le cas.

Le colonialisme en ce début du XXII ème siècle a la vie solide !

Yvan Balchoy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article