Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

 

 

 

  •  
  •  
  •  
  •  
 

En matière de sécurité, Israël en connait un rayon. Ses entreprises sont particulièrement actives sur ce marché lucratif et peuvent démontrer l’efficacité de leurs produits en prenant les Palestiniens comme cobayes. Pour contrôler l’arrivée de réfugiés, l’agence européenne Frontex s’intéresse ainsi de près au drone Heron. L’engin a fait ses “preuves au combat” durant l’opération Plomb durci. (IGA)


En septembre, l’Agence de surveillance des frontières de l’Union européenne Frontex a annoncé le démarrage de vols d’essais de drones en Italie, en Grèce et au Portugal. Il y avait une omission majeure dans la déclaration de Frontex : le type de drones testé avait été utilisé auparavant pour attaquer Gaza.

Certains détails sur les compagnies impliquées dans ces essais ont été publiés plus tôt cette année. Un « avis d’attribution de marché » a révélé qu’Israel Aerospace Industries était l’un des deux fournisseurs sélectionnés.

Israel Aerospace Industries a reçu 5.,5 millions de dollars pour jusqu’à 600 heures de vols d’essais.

Le drone qu’Israel Aerospace Industries offre pour la surveillance maritime s’appelle le Heron.

 Le drone Heron, qui pèse plus de 1 000 kilos et a une envergure de plus de 16 mètres, peut voler jusqu’à 52 heures à une altitude de 10 000 mètres (35 000 pieds) – à peu près la même hauteur qu’un avion de ligne commercial. Les États-Unis, le Canada, l’Inde, la Turquie, l’Australie et le Maroc ont tous acheté des Heron à des fins tactiques et de reconnaissance. Destiné à la collecte de renseignements, le drone peut également être armé : une véritable arme de guerre hybride ! [Note de Tlaxcala]

 

Selon le propre site web de la compagnie, le Heron a « fait ses preuves au combat ». C’est une expression codée signifiant qu’il a été employé pendant trois attaques majeures d’Israël contre Gaza pendant la dernière décennie.

Après l’opération Plomb durci, l’attaque israélienne sur Gaza de fin 2008 et début 2009, une enquête de Human Rights Watch a conclu que des dizaines de civils avaient été tués par des missiles lancés à partir de drones. Le Heron a été identifié comme l’un des principaux drones déployés dans cette offensive.

LIRE l'article intégral sur le site "INVESTIG'ACTION" de MichelCollon

J'espère en tout cas, que ce sera NON car l'état sioniste viole chaque jour les droits de l'homme et le droit des nations. Il est temps qu'une organisation internationale comme l'ONU par exemple lui applique des pénalités financières et politiques pour le faire rentrer dans le droit commun

Yvan Balchoy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article