Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

19-10-18- LE JOURNALISTE THOMAS GADISSIEUX LAMENTABLE DEVANT UN RAOUL HEDEBOUW CONVAINCANT

 

 

 

 

https://www.rtbf.be/info/belgique/detail_voici-les-points-qui-rendent-tres-compliques-des-alliances-ps-ptb?id=10049123

 

C'est l'un des deux partis sortis vainqueurs du scrutin communal de dimanche dernier qui était l'invité de Jeudi en Prime. Raoul Hedebouw, député fédéral, porte-parole du PTB. Celui qui poussait la liste liégeoise ne cache pas sa joie après les résultats de dimanche, tant à propos des mauvais chiffres du MR - "la droite s'est pris une belle raclée, je m'en réjouis" - que de la victoire de sa formation politique : "Le rapport de force est en train de s'établir. On n'a jamais vu autant le PS parler de mesures de gauche que depuis que le PTB monte dans les sondages, et maintenant sur le terrain, avec le résultat des élections."

Des discussions entre le PS et le PTB ont débuté ou sont en passe de l'être. Liège, Molenbeek, Charleroi, Herstal : le PTB acceptera-il de monter au pouvoir ? "On est prêt à faire des compromis. Mais si les compromis arrivent à des compromissions, ça n'aidera pas."

Interrogé sur ses priorités, Raoul Hedebouw parle logement ("on veut 30% de logements sociaux dans tous les nouveaux projets"), dénonce la gestion urbaine de ces dernières décennies ("Nos villes ont été gérées comme des entreprises dans une vision libérale dont le but est d'attirer les investisseurs immobiliers et les touristes"), mais sans annoncer le grand soir : "Il ne faut pas faire croire que le PTB va faire la révolution du jour au lendemain. On est un parti responsable. On est allé négocier de manière constructive."

Plus de logements sociaux, une gratuité des transports en commun ? Comment financer ces mesures ? Raoul Hedebouw évoque une taxe sur les grandes surfaces de 600 mètres carrés, mais surtout, prévient que les communes "dirigées par le PTB appelleront à des frondes. Nous refusons, comme parti de gauche, de devoir choisir entre la peste et le choléra. Les communes doivent entrer en résistance" contre l'austérité budgétaire. Le PTB veut "arracher une refinancement des villes"

Le PTB doit-il être traité comme l'extrême-droite et donc être entouré du cordon sanitaire ? Des voix néerlandophones l'évoquent, au sud du pays aussi. De quoi susciter la colère de Raoul Hedebouw : "Nous comparer à l'extrême-droite, c'est un scandale. L'extrême-droite, elle est basée sur le racisme, la division des gens. Nous, c'est le contraire, on lutte contre le racisme." Le marxiste réfute même l'étiquette d'extrême-gauche : "Le PTB n'est pas un parti d'extrême-gauche, mais de gauche. C'est les autres qui sont extrêmes, les libéraux. Moi, je ne suis pas extrémiste."

 

Adel BerkaneRTBF

19 h · 

Qu'on soit pour le PTB ou pas, cet interview de Raoul Hedebouw par Radjah Lahbib et Thomas Gadisseux à "Jeudi En prime" est lamentable ! 
Ce n'est pas du journalisme.

Thomas Gadisseux, vous avez presque fait plus d'affirmations (mensongères, du reste) que posé de questions à votre "invité".
Vous avez été irrespectueux, à interrompre Hedebouw sans cesse, ne le laissant pas aller au bout de ce qu'il essayait de dire.
Vous avez été tendancieux, dans vos questions, dans vos remarques personnelles (dont on se passe, vous n'êtes pas les interviewés ...)
Vous avez usé d'inexactitudes, de manœuvres détournées et hypocrites, de parti-pris, de fausses informations ...
Cet "interview" a été un florilège, de votre part à tous les deux, de tout ce que le vrai journalisme a en horreur.

 Thomas Gadisseux, vous avez été lamentable, détestable, pathétique.

LE POINT DE VUE D'YVAN BALCHOY

 

Si ce pseudo match (par la faute de Thomas Gadissieux) méritait un score, je dirais sans hésiter HEDEBOUW-PTB 5- RTBF GADISSIEUX 0)

Bien sûr un journaliste a le droit d'être critique dans un interview mais sans pour autant  sombrer dans la mauvaise foi même en semblant citer diverses sources. 

Mettre sur le même pied Extrême droite et un terme qui n'existe que chez les adversaires du PTB "EXTRÊME GAUCHE" est ignoble. 

Qu'on se rappelle ce qui s'est passé au nord et au sud du pays entre 1940 et 1945. Je n'ai pas oublié les rexistes puisque  à 8 ans, j'ai été obligé de me cacher avec toute ma famille devant leurs menaces.

En revanche vrai Belge puisque Dinantais par mon Père et Flamand par la mère Brugeoise, j'ai compris pour la première fois le nationalisme au mauvais sens du mot en rencontrant sur une petite route un mouvement de jeunesse  catholique chantant  d'une façon qui me rappelait un peu les chants agressifs des soldats allemand devant le Feldgendarmerie tout juste en face de mon domicile dinantais. 

Confondre, implicitement tout au moins, les résistants qui ont si souvent versé leur sang pour leur Patrie et les salauds rexistes ou VNV n'est pas permis même à un journaliste, même en rapportant des propos de salauds.  Combien de nos fusillés au temps de l'occupation ont été dénoncés et exécutés par ces dégénérés. 

Aujourd'hui on a bien sûr le droit de chanter et d'admirer sa région au nom d'un nationalisme d'amour mais sûrement pas au nom d'un chauvinisme de haine.

Comme Raoul l'a bien rappelé, le PTB, seul parti qui est identitaire au nord et au sud du pays ne peut être confondu avec par la NVA , Vlaamse Belang, Nation et le PP repliés sur leur identité.

Le PTB a raison d'exiger pour collaborer  qu'on prenne en compte non nécessairement l'intégralité de son programme mais au moins les mesures qui ramènent la commune à une gestion de gauche dans le domaine du logement social par exemple et de la rémunération raisonnable des responsables politiques.

Si les socialistes veulent un PTB, cinquième roue du carrosse social, celui-ci devrait rester dans une opposition ferme et constructive.

Merci Raoul et tous les camarades de PTB de nous avoir  persuadés que la gauche existe encore et qu'elle peut aujourd'hui avec un peu de bonne volonté gérer nos communes et demain je l'espère nos régions et notre pays.

 

Yvan Balchoy

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article