Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

Oleg Sentsov

Oleg Sentsov

Mikhail Fedotov, président du Conseil présidentiel russe pour les droits humains et la société civile (conseil auprès du président Poutine) s’est exprimé au micro de RFI sur la situation de Sentsov et les perspectives de libération : « En ce qui me concerne, j’espérais voir ce problème réglé depuis longtemps. Mais nous nous rendons compte de la complexité du problème, car Oleg Sentsov ne demande pas sa propre libération, il pose comme condition pour mettre un terme à sa grève de la faim la libération de tous les Ukrainiens détenus sur le territoire de la Fédération de Russie ».

« Il faut en même temps poser la question de la libération de tous les Russes détenus en Ukraine. La chose la plus juste à faire serait que tout le monde rentre chez soi – et les Ukrainiens et les citoyens russes. On ne peut pas régler cette question unilatéralement, il faut la régler de manière bilatérale. C’est une route à double sens. Nous - au conseil présidentiel pour les droits humains - nous regardons cette situation d'un point de vue humanitaire, mais il y en a ceux qui le regardent d'un point de vue politique. Je sais que plus le problème est politisé, plus il est difficile de trouver une solution. Notre Conseil ne peut faire qu'une chose, c’est de suggérer et demander, demander et suggérer. Et on va continuer à le faire », souligne Mikhail Fedotov.

NOTE D'YVAN BALCHOY

Je serais le premier à demander à Poutine de gracier Sentsov pour son opinion compréhensible, même si je ne le juge pas juste, de refuser une annexion décidé il y a quelques décades par Kroutchtchov sur un coup de tête en faveur de sa terre natale.

En revanche quand Oleg refuse d'arrêter cette grève seulement si tous les prisonniers politiques ukrainiens arrêtés pour avoir combattu par la parole ou la force contre cette annexion, sa grève de la faim qui pourrait, exiger par exemple la démission de Poutine, dépasse son propre combat et s'apparente à une forme de chantage, même si sa motivation est honorable.

Que répondrait-on à un russe qui ferait aussi la grève de la faim en faveur de l'annexion du Donbass.

L'occident si prompt à prendre parti dès qu'il est question des droits de l'homme , souvent écornés c'est vrai en Russie, est beaucoup plus silencieux quand en Arabie, que je continue à qualifier d'esclavagiste,  des femmes sont exécutées en public de façon éhontée après des procès  dominés par la mentalité machiste  intolérable de cet état qui confond religion, état et droit au masculin.

Je voudrais la même énergie et la même compassion dans les deux cas, ce qui est loin d'être le cas.

 

Solution:être résolument et totalement non contre une justice sévère quand elle est mérité mais une opposition totale à mes yeux relevant  pour ma part de ma foi et des simples droits de l'homme contre une peine qui relève encore aujourd'hui de la barbarie antique autant aux USA que dans certains  pays musulmans ou non qui en font un dogme intangible de leur foi.

Oui, je souhaite qu'Oleg Sentsov, s'il est innocent de toute violence,soit libéré et puisse continuer à exprimer son refus personnel d'une annexion que pour ma part je juge  historique, mais aussi que nous fassions pression sur les Etats qui pratiquent la peine de mort pour qu'ils l'abolissent enfin !

Il ne faut pas que notre lutte pour les droits de l'homme s'habille des préjugés politiques aussi violents  par exemple dans les pays de l'OTAN qu'en Russie et dans certains pays arabes comme aussi l'Indonésie.

 

Yvan Balchoy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article