Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

une mer de savoirqui en dit tant  sur l'excellence qui l'a fait naître

une mer de savoirqui en dit tant sur l'excellence qui l'a fait naître

On a beau avoir fliqué une ville, avoir le plus haut taux de vidéosurveillance au monde, quand on exclut des milliers de chômeurs, quand on détruit l'école, la culture et le savoir, quand on privatise le bien commun, quand on sème la misère à chaque coin de rue, quand on cultive la frustration en étalant la vie des riches dans la presse, et bien oui, parfois cela pète à la gueule. A Londres ou ailleurs.

GILLES MARTIN

 

Gilles, je n'ai jamais oublié ta réponse à  un objecteur de marxisme qui, lors d’une rencontre organisée par le PTB,  t'opposait les lacunes ou plus selon lui du régime soviétique pour rejeter " l'enfant avec l'eau du bain."

Tu nous répondis simplement : C'était la première fois que des hommes tentaient de bâtir une société sur autre chose que la richesse et le profit.'

Quant on se rappelle  par exemple combien de succès et de ratées ont caractérisé cette marche en avant de l'humanité que nous appelons "La Renaissance" des siècles durant, comment s'étonner des difficultés rencontrées par ce premier essai contemporain de mettre en pratique ce que Marx nous avait si bien expliqué et proposé.

Et bien l'URSS est une première créée dans un pays particulièrement inégalitaire, une volonté une tentative organisée de remplace l'égoïsme de classe par la communisme.

Il était inévitable que dans cette révolution le mieux s'accompagne de scories qui ont fini hélas par l'étouffer provisoirement.

Mais Cette bouffée d'air et de liberté n'est pas morte, elle renait sans cesse sous d'autres formes et tôt ou tard le Communisme qui est notre avenir et  affrontera à nouveau les horreurs d'un capitalisme qui mène le monde actuel à la faillite sociale.

Bien sûr, Gilles, je ne reproduits pas tes mots exacts d'il y a  près de 40 ans, mais je ne crois pas avoir trahi le richesse de ta réponse qui me taraude encore.

Yvan Balchoy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article