Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

17-07-18- A PARIS MACRON A QUASI MONOPOLISE L'ACCEUIL DES CHAMPIONS DU MONDE AU DETRIMENT DU PEUPLE AUX CHAMPS ELYSEE- BIEN DIFFERENT  DE CE QUI S'EST PASSE SAMEDI A BRUXELLES (YB)
RECEPTION A LAEKEN PUIS RENCONTRE FERVANTE ENTRE L'EQUIPE BELGE ET SON PUBLIC
RECEPTION A LAEKEN PUIS RENCONTRE FERVANTE ENTRE L'EQUIPE BELGE ET SON PUBLIC

RECEPTION A LAEKEN PUIS RENCONTRE FERVANTE ENTRE L'EQUIPE BELGE ET SON PUBLIC

L'ACCUEIL EXPRES AUX CHAMPS ELYSEES LA RECEPTION LONGUE AU PALAI PRESIDENTIEL - LA DECEPTION EN SOIREE DEVANT L'HÔTEL GRILLONS
L'ACCUEIL EXPRES AUX CHAMPS ELYSEES LA RECEPTION LONGUE AU PALAI PRESIDENTIEL - LA DECEPTION EN SOIREE DEVANT L'HÔTEL GRILLONS
L'ACCUEIL EXPRES AUX CHAMPS ELYSEES LA RECEPTION LONGUE AU PALAI PRESIDENTIEL - LA DECEPTION EN SOIREE DEVANT L'HÔTEL GRILLONS

L'ACCUEIL EXPRES AUX CHAMPS ELYSEES LA RECEPTION LONGUE AU PALAI PRESIDENTIEL - LA DECEPTION EN SOIREE DEVANT L'HÔTEL GRILLONS

A première vue l'accueil du peuple français à ses valeureux champions avait tout pour être grandiose; la ferveur populaire décuplée par la réalisation d'un espoir encore si ténu au début de la Coupe du monde.

Ce succès devait mettre en présence l'équipe victorieuse et le peuple de Paris ainsi que de toute la France rassemblé comme toujours au champs Élysées.

A Bruxelles, le retour de notre équipe nationale, troisième de la compétition,se fit un peu sous le même programme qu'à Paris. Visite tout d'abord au Palais Royal de Laeken où les sportifs et leurs accompagnateurs ont été accueillis dignement mais aussi sobrement par le Roi et la Reine.

 

Dès leur retour sur le sol français  en retard vers 17h, le défilé sur autobus aux champs Elysésa a été abrégé. Selon certains journalistes, prévu durer une heure, il n'a duré en fait qu'un bon quart d'heure a pleine allure ce qui déçu certains spectateurs.

Si cette partie populaire de l'accueil de Paris fut écourtée, compte tenu du retard, la réception à Élysée dès 18 H30  a  pris toute la soirée pour 3000 invités. Fin de soirée, la police dut déloger bon nombre d'admirateurs déçus qui attendaient en vain l'équipe devant l'hôtel Grillon, comme prévu.  Officiellement les joueurs étaient trop fatiguer pour cette rencontre, peut-être la durée de la réception à l'Élysée explique-t-il aussi ce dommageable changement de programme.

 A Paris, le président Jupitérien n'a  donc pu s'empêcher de monopoliser en faveur de son palais et des invités sportifs, politiques accompagnés de leurs enfants ainsi il faut le dire d'un certain nombre d'enfants défavorisés qui purent ainsi rencontrer de tout près leurs idoles.

Ce qui est regrettable, c'est que cette réception   au lieu d'être la première étape de l'accueil du peuple de Paris dura tellement longtemps, sous l'impulsion, j'en suis persuadé du Premier de France qu'il ne resta finalement que des miettes pour les centaines de milliers de Français venus pour les voir et les saluer place de la Concorde et le long des champs Élysées.

Mais voilà, les champions étaient très fatigués après leurs exploits et ce long voyage du retour. Au sortir du Palais Macron leur bus à impériale traversa Paris à une telle allure que beaucoup qui avaient tant attendu la joie de les voir pour les féliciter n'aperçurent le bus que quelques secondes.

La foule attendait de voir ses idoles au balcon de l'hôtel Grillon, ce fut en vain. Il fut dit officiellement plus tard qu'ils étaient trop fatigués pour saluer leurs admirateurs et leur présenter comme prévu la Coupe gagne si glorieusement.

Je sais que beaucoup des participants à cette cérémonie d'hommage, tout à la joie de la victoire nationale, ont été assez indulgents pour l'équipe victorieuses, pas tous cependant car la déception fut grande chez quelques uns et c'est compréhensible.

Sans doute conscient de l’intérêt pour lui et sa cause politique,  Macron a préféré centrer  à l'Elysée l'accueil de la France au détriment des centaines de milliers de "sans grades" qui avaient tellement faim de voir et de remercier leurs idole ainsi que de voir cette fameuse Coupe magique.

A Bruxelles, après la visite au Palais Royal, les joueurs réunis en deux bus se frayant lentement la route vers la Grand Place de Bruxelles, purent communier - le mot n'est pas trop fort -  au peuple Belge enthousiaste lui aussi. Et finalement les huit mille personnes, le maximum sécurisable de spectateurs à la grand Place purent longuement chanteur leur amour pour leur équipe dans son ensemnle et aussi pour chacun d'entre eux séparément.

Bien sûr, dans la réception à l'hôtel de ville, quelques hommes politiques ont aussi tenté par leur présence d'utiliser à leur profit un tel évènement mais je ne crois pas qu'ils ont réussi tant le lien entre l'équipe troisième de la Coupe du Monde et son public fut fort et généreuse de part et d'autre.

Ainsi une même cérémonie à Bruxelles et à Paris, bien plus importante et sans doute plus enthousiaste dans la capitale française, fut moins réussie dans la capitale des Gaules qu'à Bruxelles à cause de l'entêtement d'un président politicien avant d'être sportif à veiller  à ce que cette victoire française devienne aussi une sorte de célébration officielle publique de ceux qui gouvernent actuellement le pays au détriment de la grande foule des anonymes qui certes dans leur majorité garda son bonheur mais fut un peu sacrifiée à la célébration officielle du Président et de ses invités.

 

Yvan Balchoy

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article