Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

Panthéon : qui a peur de Martha Desrumaux ?

 

Martha Desrumeaux (1897-1982) " Chacune des détenues était déjà un embryon de résistance, et c’est leur réunion qui constitua une véritable organisation de résistance." 

(DR)

Figure majeure du mouvement ouvrier en France et de la résistance, cette féministe décédée en 1982 aura voué son existence au service des plus fragiles. Une nouvelle pétition demande son inhumation au Panthéon. Emmanuel Macron réserve sa réponse. Son destin extraordinaire plaide pour elle.

07 fév 2018

Mise à jour 07.02.2018 à 09:11

par

Frants Vaillant

"Etre une femme, une ouvrière et venir du Nord, c'est une triple pénalité ! s'enflamme Laurence Dubois, la présidente  des amies de Martha Desrumaux. En faisant entrer Martha au Panthéon c'est toute la classe ouvrière que l'on honore !"

 

Parmi les ouvriers qui ont participé au chantier du Panthéon, au 18ème siècle, beaucoup venaient de la Creuse. Mais aucun ouvrier, à ce jour, homme ou femme,  ne repose dans le prestigieux monument

(DR)


De fait, en examinant le profil des résidents du Panthéon, qui compte cinq femmes (avec Simone Veil) contre 76 "grands hommes", force est de constater qu'il n'y a aucune personnalité issue de la classe ouvrière. On trouve des militaires, des artistes, des politiques, des scientifiques mais aucun prolétaire.
La France aurait-elle honte de ces ouvriers qui l'ont construite ? "Certes, insiste Laurence Dubois, Martha était cégétiste, communiste , féministe d'avant garde mais aujourd'hui, elle dépasse les clivages ! Elle aura consacré ses forces à défendre et valoriser les anonymes, ceux dont le militantisme et le travail ont aussi contribué au développement des valeurs de notre société. " .
La pétition instruite par cette présidente passionnée dépasse désormais les 4000 signatures. Et le compteur continue de s'emballer...

Martha Desrumaux, autodidacte de choc

Née le 18 octobre 1897 à Comines (Nord), orpheline de son père à neuf ans, elle devient une "petite bonne" dans une famille bourgeoise avant d'intégrer une entreprise textile, dès l'année suivante. Son enfance est confisquée par le monde du travail. Martha Desrumaux  a dix ans. Elle découvre l'extrême dureté du quotidien ouvrier. A 13 ans, elle se syndique à la CGTU, la toute jeune Confédération Générale des Travailleurs qui, devenue CGT, comptera près de 4 millions d'adhérents au début des années 30. 

 

Lire la suite de cet article à l'adresse suivante :

 

https://information.tv5monde.com/terriennes/pantheon-qui-peur-de-martha-desrumaux-215823

NOTE D'YVAN BALCHOY

Comment une ouvrière militante CGT et longtemps analphabète pourrait-elle paraître signe à Emmanuel Macron ?  Elle a participé en 36 aux accord de Matignon, tout l'inverse de ce que les pseudo "En marche" démolissent en ignorantins sociaux dans la France d'aujourd'hui. Elle a été résistante, une vraie, déportée à Ravensbrück mais son courage suffira-t-il à lui éviter d'être un RIEN ou une RIENNE aux Yeux du petit, très petit locataire actuel de L’Élysée.

J’aimerais m'être trompé et découvrir que Macron est capable de trouver une héroïne même analphabète ???

J'ai bien peur qu'il nous fasse attendre un président à la fibre sociale, qui ne juge pas de la valeurs des hommes et des femmes à la longueur de leur diplômes ou à l'épaisseur de leur porte feuille.

Il viendra, j'en suis sûr, je ne serai sans doute plus là mais qu'importe l'humanité, j'en suis persuadé reprendra sa marche vers ce communisme d'où elle est partie et où elle réussira son destin.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article