Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

06-08-18-MALGRE L'UNION NATIONALE, LE RACISME N'EST PAS MORT CHEZ NOUS HELAS  (DIRK DRAULANS)

En fait, je n'avais pas l'intention d'écrire quoi que ce soit, mais l'incident est trop lourd pour moi. Lors du match des diables rouges contre la France, il y a eu une image schermvol d'un désillusionné Romelu Lukaku après sa énième action ratée. Un de mes medekijkers s'est retourné et a dit : " tu peux sortir un nègre de la forêt, mais pas la forêt du noir " J'ai été pris froid à cause de cette remarque et je me suis ramolli. Mais elle est restée dans ma tête.

Surtout parce qu'elle était dirigée contre quelqu'un de sa propre équipe. Qui, en outre, ne peut être reproché au comportement : motivé par l'ambition, par l'amour maternel, par le godsgeloof... L'équipe de football belge n'est pas la seule à soutenir une grande diversité dans ses rangs. Flamand ou wallon, blanc ou brun ou noir, grand ou petit - ça n'a pas d'importance, le rouge est la couleur, le groupe. Le drapeau belge n'est plus le drapeau d'une nation, mais d'une équipe de football (dans certains cas, elle est même la bannière d'un bière). Vous voyez les n-va avec conviction avec un drapeau belge quand ils regardent " les belges

Si la remarque smalende aurait visé le français Samuel Umtiti, qui, avec un bon éternuement, baissa les belges collectivement, j'aurais peut-être pu le comprendre. La déception et la frustration, tu sais. Mais c'était du racisme pur. Dans un endroit où et un moment où ce n'était pas nécessaire, droit au navet, droit du cœur. Le racisme est vivant, c'est évident. Ce n'est pas une surprise, bien sûr, mais c'est toujours douloureux d'y être confronté directement.

La lutte contre le racisme est pourtant un bel exemple de la façon dont notre culture peut balayer nos basisbiologie sous le paillasson. Cela peut sembler étrange pour un évolutionniste, mais même nous sommes conscients que nous devons parfois cacher notre vraie nature sous une couche de cultuurvernis pour garder la vie agréable et intéressante. Vivre ensemble avec un grand nombre de personnes, qui essaient tous d'en faire le meilleur, exige des ajustements qui dépassent nos limites de vie. Et étant donné que la plupart des gens apprécient la culture plus haut que la biologie, surtout lorsqu'il s'agit de leur propre vie, ils devraient s'en tenir à la lutte contre le racisme.

Le racisme est compréhensible à partir d'un processus d'évolution de l'évolution : savoir avec qui vous êtes en sécurité, certainement dans les limites de notre cerveau pourtant flexible, qui n'ont malheureusement pas été faits pour stocker les données sur les masses de personnes. C'est la raison pour laquelle nous nous abstiendrons de manière sélective et nous nous abstiendrons sur ce que nous ne connaissons pas. Mais si nous voulons vraiment nous manifester en tant que personnes, nous devons être ouverts aux nouveautés - nous y sommes confrontés, Willens Willens. La plupart d'entre nous veulent quand même se distinguer d'autres espèces animales, bien qu'ils aient une option évidente.

Récemment, j'ai vu avec un peu de retard le magnifique film Lincoln de Steven Spielberg. Sur les manœuvres politiques du président américain du même nom pour abolir la traite des esclaves. Vous vous sentez mal à l'aise avec les marchandages avec des arguments pour priver les noirs du droit d'être traités d'une manière équivalente. Je ne peux pas m'en empêcher, mais j'ai dû penser automatiquement aux marchandages politiques actuels autour de l'accueil des migrants - surtout ceux qui espèrent une meilleure vie. Il semble que tous les autres problèmes politiques soient actuellement à l'ordre du jour - dans le monde entier. Je n'ai pas l'impression que c'est une bonne chose.

Charles Darwin, l'homme de la théorie de l'évolution, a été un grand adversaire de la traite des esclaves (ce qui est apparu en 2009 le magnifique "Darwin ' s sacré cause" D'Adrian Desmond et James Moore). Il a certainement été aidé par le fait qu'il avait rencontré un homme noir lors de son (court) médecine à L'Édimbourg D'Édimbourg, John Edmonstone, un esclave libéré de Guyane, qui lui a appris comment mettre en place des oiseaux et d'autres animaux - une connaissance Qu'il serait plus tard dans sa vie. Il a appelé l'homme "très agréable et intelligent" (l'image est un croquis d'une de leurs rencontres).

Au cours de son voyage autour du monde, il a été régulièrement confronté au racisme et au triste traitement qu'ont subi les esclaves. Desmond Et Moore disent que Darwin a développé sa théorie de l'évolution pour faire de toutes les personnes une espèce, ce qui a permis de rejeter la traite des esclaves et le racisme. C'est une pensée provocante. Mais tout le monde n'est pas d'accord avec cette histoire de qui. Tout le monde n'est même pas dans le cadre de la politique générale. C'est regrettable, mais malheureusement pas incompréhensible.

Ps la prochaine fois encore sur la nature, promis !!!

·

 Dirk Draulans

texte traduit automatiquement du néerlandais !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article