La libération de l’activiste libanais, emprisonné depuis 1984 pour complicité d’assassinat, est suspendue à une décision de Manuel Valls et bloquée par le parquet. Son dossier piétine depuis 1999.

 

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.

 

Vingt-huit ans après son entrée en prison, Georges Ibrahim Abdallah est devenu l'un des plus anciens prisonniers politiques au monde. Ce Libanais de 61 ans a été condamné le 28 février 1987 à la réclusion à perpétuité pour complicité dans l’assassinat de deux diplomates israélien et américain en France en 1982.

Georges Ibrahim Abdallah en 1986 au tribunal de Lyon, derrière son avocat Jacques Vergès. - AFPÀ l’époque, aucune charge ne permet d’inculper l’ancien membre du Front populaire de libération de la Palestine pour ces meurtres. Mais le militant marxiste est identifié comme le chef de la Fraction armée révolutionnaire libanaise, qui revendique les homicides. Deux ans après les faits, Georges Ibrahim Abdallah était interpellé à Lyon avec un vrai-faux passeport et une perquisition permet de retrouver un pistolet qui aurait servi pour les assassinats. 

Le ministère de l’Intérieur refuse de délivrer un arrêté d’expulsion

Depuis sa prison de Lannemezan (Hautes-Pyrénées), Georges Ibrahim Abdallah est aujourd’hui suspendu à une décision du ministère de l’Intérieur. Après 7 demandes infructueuses, il a obtenu en novembre 2012 un avis favorable à sa libration. Mais cette remise en liberté est conditionnée à son expulsion vers le Liban. Son sort est donc entre les mains du ministre de l’Intérieur.

 

Or, la place Beauvau tarde à émettre le titre d’expulsion, forçant le tribunal d’application des peines (TAP) à « ajourner » sa décision. Après un premier report de deux mois, le TAP a donc dû à nouveau décider, le 14 janvier, d’un délai supplémentaire. Il devait finalement se prononcer lundi 28 janvier. Pendant ce temps, le parquet s’acharne à tenter de faire invalider la libération d’Abdallah, en multipliant les appels. Le TAP n'a ainsi pas pu trancher ce lundi 28 janvier.

 

L’imbroglio juridico-administratif est total et les soutiens de l’ancien activiste s'impatientent. Abdallah est libérable depuis 1999, lorsque sa période de sûreté prenait fin. Il avait obtenu une première libération conditionnelle en 2003, finalement retoquée en appel en janvier 2004. Depuis, son dossier piétine....

 
La pression d’Israël et des États-Unis

Abdallah a été jugé dans un climat de haute tension, avec les États-Unis comme partie civile, juste après une vague d’attentats sanglants, en 1985 et 1986. Attentats revendiqués par un groupe, le CSPPA, qui demandait notamment la libération de l’activiste libanais, sans être pourtant lié à ce dernier.

Le détenu présenté comme « exemplaire » enregistre donc de nombreux soutiens, des Indigènes de la République au Parti communiste en passant par l’Association France Palestine solidarité. « Manuel Valls ne doit pas décider de libérer Abdallah, la justice vient de le faire, en toute indépendance. Il doit simplement permettre (…) l’exécution de cette décision », écrivent le journaliste Daniel Schneidermann et l’écrivaine Chloé Delaume, nièce du détenu, dans une tribune parue jeudi 24 janvier dans Libération .