Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

PUJADAS

PUJADAS

Hier soir, Pujadas, évincé d'Antenne 2, non sans raison, je crois, a organisé un débat dont le titre annonçait la teneur en parlant d'une grève inacceptable avec un ?

Il aurait pu choisir un terme plus ouvert aux deux camps. Nenni, il a clairement choisi son camp même si de temps à autre il répète quelques avis des grévistes.

Il était prévu que le syndicaliste aurait autant de parole que ses contradicteurs. Ce fut loin d'être le cas d'autant plus que plusieurs de ses contradicteurs coupaient sans cesse la parole à l'ancien responsable de la CGT.

Le droit de grève, qui a pour conséquence des gênes en ce cas me semble lié à une décision unilatérale du gouvernement et il coutera cher aux grévistes qui ne l'appliquent pas avec plaisir.

A écouter les représentants "officieux" de la chaîne, la lutte des cheminots n’a- pas de sens. On leur maintient les droits acquis et même le statut du moins pour ceux qui sont en place car les nouveaux embauchés seront de simple salarié à la sauce salace de Mme Penicaut

Mais il faut bien gratter ce maintien, ; quand des lignes seront reprises par le privé, celui-ci devra garder apparemment l'essentiel du statut, salaire, avantages sociaux, emploi à vie encore que..., semble-t-il, rien n'empêchera les nouveaux patrons à licencier un cheminot par trop récalcitrant à la recherche du profit.

Par les opposants à la grève, en plus de Persuadas, à la neutralité très douteuse, de Closet avec une mauvaise foi évidente, s'est pris de pitié pour les pauvres usagers victimes de salariés super-privilégiés. (en tout cas moins que Tabares qui a reçu une prime d'un millions de dollars en plus d'un salaire plus que mirifique !) Son bon coeur pour les voyageurs certes dérangés ne s'adresse nullement au gouvernement même si celui-ci n'est pas obligé de faire payer aux ouvriers cheminots les erreurs des gouvernements successifs et des décisions non obligatoires de l'Europe sur la concurrence. J'ai trouvé son argumentation particulière hypocrite lui qui peut, comme il l'a avoué, prendre autant qu'il le veut le taxi.

Une journaliste, oubliant l’abc de son métier a pris à partie les cheminots en mettant soigneusement le gouvernement loin de ses critiques.

Un voyageur gêné certes et donc non favorable à la grève a eu un jugement plus mesuré sur les raisons de la grève.

Tous ces partisans du gouvernement prétendent qu'en gardant pour l'essentiel (à vérifier car le passé d'autres sociétés plaide pour le doute ou la dénégation, reprochent aux grévistes de ne pas tenir compte qu'ils ont obtenu satisfaction pour leur statut.

Le responsable retraité de la CGT avec calme et clarté leur a répondu que ce maintien du statut pour eux devait concerner aussi les nouveaux embauchés et que le changement de statut de la SNCF en société anonyme était une menace claire contre le caractère public de la société.

Bref , je donnerais 8/10 au cheminot présent, moins de la moitié des points à ses contradicteur, de particulier de Closet et 2/10 à Pujadas qui n'a pas respecté sa charte de journalisme.

Pour ma part, je souihaite une grève le plus courte avec des amendements réciproques du gouvernement en faveur des cheminots et le contraire aussi, bref un vrai dialogue, tout le contraire de ce à quoi on assiste aujourd'hui avec un gouvernement plus capitaliste que jamais.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article