Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Catégories

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

MAi 68 : 50 ans après, que peut-on dire de Daniel Cohn-Bendit ?

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
 

Il fut “Dany le Rouge”, puis “Cohn-Bendit le vert”, il est à présent “Daniel Cohn-Bendit l’européen”. Pour les uns il a trahi ses idées, pour d’autres bien au contraire, il est depuis un demi-siècle le porte-drapeau incontestable des droits universels. Une chose est certaine : Daniel Cohn-Bendit ne laisse pas indifférent, et quoi que nous puissions dire de lui, chaque année au mois de mai, les médias occultent les presque 10 millions d’ouvriers et d’étudiants grévistes qui firent de mai 68 le plus grand conflit social de l’histoire, pour ne retenir qu’un seul nom : Cohn-Bendit.

 

Partant de ce constat, n’est-ce pas dès lors souhaitable, en rassemblant des éléments factuels, de comprendre pourquoi depuis tant de temps la presse accorde autant d’intérêt à Daniel Cohn-Bendit ? Comment, moins de 25 ans après la Libération, a-t-il pu devenir la figure de proue de la révolte étudiante ? De quelle manière parvient-il à rester crédible aujourd’hui, alors que si nous suivons ses déclarations, il semble toujours dire simultanément une chose et son contraire ? Pour essayer de répondre à ces questions, revenons sur quelques événements, médiatisés ou pas, qui ont marqué l’histoire de Daniel Cohn-Bendit.

 
Libéral pour bourgeois, libertaire pour bohème

 

En 1999, Daniel Cohn-Bendit déclare être « libéral-libertaire » reprenant ainsi à son compte un concept créé en 1972 par le sociologue Michel Clouscard.

A partir du plan Marshall, Clouscard nous enseigne que le capitalisme a besoin d’éviter une crise de surproduction. Le capitalisme a également intérêt à contenir la menace communiste. Quant à Charles de Gaulle, il semble acquis que sa résistance au diktat américain ne fut pas du goût de tout le monde. L’émergence d’une nouvelle industrie (légère) voit apparaître un nouveau mode de consommation. La société des gadgets est née. En conséquence de quoi le capitalisme peut user d’une nouvelle arme (la séduction). Cette stratégie vise à liquider la question sociale et tuer dans l’oeuf le socialisme. Mais la consommation ce n’est pas pour toutes les strates de la population, remarque Michel Clouscard. La société libérale est répressive envers les producteurs (le prolétariat) et elle est permissive envers les consommateurs (la bourgeoisie). De ce fait la consommation des uns est le travail des autres.

Clouscard souligne ainsi l’importance de distinguer le mai 68 bourgeois et sociétal du mai 68 social des Accords de Grenelle. Il insiste sur le fait que contrairement aux apparences il y a des collusions d’intérêts entre les tenants du jouir sans entrave et les responsables de l’économie capitaliste. La consommation libidinale et ludique est réservée à une élite. En somme, la classe ouvrière doit, elle, se contenter de rêver. Cette nouvelle consommation qu’il faut dissocier des biens d’équipement (lave-linges, automobiles…) s’appuie sur une nouvelle morale qui fait que la liberté devient liberté d’entreprendre (liberté du patron).

L’éthique, elle, en est réduite à une morale de l’avoir. La quête du sublime devient une affaire de goût. Cette remise en cause fait que les avancées révolutionnaires de 1789 sont balayées d’un revers de la main. Le « suivre les coutumes de son pays » de la morale provisoire de René Descartes, que l’on peut rapprocher du “discours parental” de De Gaulle, n’est également plus à l’ordre du jour. A présent le discours dominant est sociétal, progressivement les problèmes économiques et sociaux sont relégués au second plan. Les termes “lutte des classes” ou encore “prolétariat” ne font plus partie du vocabulaire de ce qu’il convient d’appeler la gauche mondaine, une néo-gauche qui petit à petit a fait de la classe ouvrière la classe fantôme.

Selon Clouscard, le capitalisme veut à l’évidence un comportement d’individualisation. Ce qui a pour effet immédiat l’atomisation du corps social et par conséquent la fin de la société traditionnelle. La sphère des médias, du divertissement et de l’audiovisuel va s’avérer être une formidable structure de rayonnement de la propagande libérale-libertaire. En se présentant “plus à gauche que la gauche”, la pseudo rébellion libérale-libertaire va effacer des consciences l’idée même de lutte des classes.

Le prolétariat n’est plus le sujet de l’histoire. Le Contrat Social défini par Rousseau, dans lequel chacun renonce à sa liberté naturelle au profit de la liberté civile (l’intérêt général) est expédié aux oubliettes. Kant est lui qualifié par Clouscard de « Newton de la Morale ».

Il sera amputé par la nouvelle intelligentsia de sa dimension morale et politique, très probablement parce que ce dernier développe l’idée que l’individu dans l’État doit abandonner sa liberté primaire, sauvage, pour accéder à un statut juridique. Sa liberté “d’être social” peut ainsi totalement s’accomplir, puisque celle-ci est issue de sa propre volonté législatrice.

En bref, comprenons que le « jouir sans entraves » prôné par les partisans du libéralisme-libertaire est inconciliable avec l’impératif catégorique de la morale de Kant qui au contraire préconise : « Agis de telle sorte que tu traites l’humanité comme une fin, et jamais simplement comme un moyen« 

En substance, Michel Clouscard suggère qu’à la vue de l’émergence du socialisme, le libéralisme-libertaire est une contre-révolution parfaite. Premièrement, la néo-féodalité qui s’incarne de facto dans le grand capital et la rente foncière, a poursuivi son entreprise de pourrissement via ses courroies de transmission que sont les médias. Deuxièmement, la nouvelle bourgeoisie qui s’incarne dans l’élite intellectuelle, l’élite entrepreneuriale et le star-système, a généré des stratégies de diversion pour garantir ses privilèges.

 

Une fois par semaine, sur LCI, Cohn-Bendit et l'ex-ministre Ferry, à travers un dialogue, que je trouve bête à penser et surtout à pleurer prouvent la déliquescence  d'une idéologie qui, sans doute ne fut jamais celle, de l'ex-professeur de la dé-éducation nationale mais s'applique comme un gant à la trahison de ce qui sembla une liberté extrême au temps de la fièvre Parisienne de 68 mais n'était que l'envers du courage et de la liberté et sombre aujourd'hui dans un embourgeoisement que Bel nous a merveilleusement décrit qui sent fort la décadence sinon morale au moins intellectuelle.

Yvan Balchoy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article