Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par YVAN BALCHOY

Adieu à notre camarade Walter Sermeus, texte d'hommage du PTB Charleroi. Souvenirs d'un formidable camarade, d'une génération qui a permis au PTB d'exister aujourd'hui et de continuer le combat pour le socialisme. Toutes mes condoléances à sa famille et aux amis. Gilles Sermeus

"Lundi soir, notre camarade Walter Sermeus (70) nous a quittés. Pendant son dernier week-end, nous sommes allés le voir à plusieurs pour un dernier adieu. Sachant que sa maladie neuro-musculaire ne lui laissait aucune issue, il avait pris la décision difficile de mettre fin à ses souffrances. Au cours de la discussion et en réponse à nos interrogations Walter nous a montré à plusieurs reprises que sa décision était prise et qu’elle l’avait été dans une certaine sérénité. Suite à une question posée par Myriam, il a aussi pu nous expliquer dans un sourire, que ce qu’il considérait comme étant une des plus belles choses de sa vie était son engagement.

Cet engagement a vraiment commencé quand Walter est venu du Brabant flamand à Charleroi, en 1975, pour aider à fonder le premier noyau de Tout le Pouvoir aux Ouvriers, le précurseur du PTB (Parti du Travail de Belgique). En pleine période de grèves pour le sauvetage de l'index, Walter allait de piquets en piquets, de manifestations en manifestations pour soutenir les travailleurs. Expliquant à de nombreuses occasions pourquoi il était venu s’établir en Wallonie dans le but de construire un nouveau parti des travailleurs.

Si aujourd'hui, le PTB est largement connu et reconnu, notamment à Charleroi, c'est le résultat de dizaines d'années d’un travail constant et en profondeur dont les premières bases ont été posées par Walter et d'autres camarades qui se sont engagés comme lui.

Walter était assistant social de formation, mais, pour notre camarade, s'engager totalement pour la classe ouvrière, ne pouvait se faire sans partager leur sort quotidien à l'usine. Après une série de petits boulots, Walter se fait ainsi engager à Caterpillar. Une entreprise de plus de 4000 travailleurs à l'époque dont il a amèrement regretté la disparition récente. Démarre un boulot physique et lourd. Il y travaillera pendant 25 ans dans la pause d'après-midi. Les horaires de cette usine étaient même en décalage de 40 minutes par rapport à celui des autres travailleurs de la région. Déréglant ainsi inévitablement la vie sociale des travailleurs. Les coupant ainsi d'une participation normale à beaucoup d'activités. Walter rappelait souvent:« Si tout va bien, on dort une partie de la matinée. Et après le travail, nous arrivons à la maison à plus de minuit ». Mais il transformait ces horaires particuliers en opportunité. Walter avait un très grand intérêt pour la politique. Il se passionnait pour les débats politiques TV diffusés parfois tard dans la soirée. Que ce soit sur des chaînes du nord du pays ou diffusées en France.

Ce qui ne l'empêchait pas de profiter de ses matinées, pour, par exemple, aller soutenir les enseignants lors de leur grève mémorable de 1996. Ou encore les travailleurs du TEC lors de leur grève en 2000.

Il aimait partager ce qu'il avait appris avec d'autres, il avait une grande capacité d'écoute et aimait la discussion. Il était en contact avec de nombreux travailleurs et syndicalistes. Militant du parti, Walter était aussi militant de la FGTB, présent dans toutes les actions et assemblées de la FGTB. Antonio Cocciolo, président des Métallos Hainaut-Namur, nous rappelle que c'est Walter qui l'avait encouragé, en 1984 à s'inscrire comme candidat aux élections sociales sur la liste de la FGTB.

Sa solidarité et son combat pour la justice sociale dépassait le cadre national. Il participait ainsi régulièrement, à Charleroi ou ailleurs, aux actions de solidarité avec le peuple palestinien.

Il était aussi impliqué auprès de Médecine pour le Peuple à Marcinelle. Il suivait ainsi de près les actions, les assemblées mais aussi les fêtes qui s’y déroulaient.

Après avoir quitté l'usine, il avait plus de temps pour alimenter son intérêt culturel et sportif. La France continuait à le passionner. Année après année, ses vacances à vélo le menaient, parfois à un régime de 100 km par jour, vers de nombreux départements de l'Hexagone.

Il s’est aussi impliqué comme membre actif du Gracq (Groupe de Recherche et d'Action des Cyclistes quotidiens) qui se bat pour rendre l'utilisation du vélo plus sûr et plus agréable.

Et surtout, tout naturellement, Walter est rapidement devenu le premier supporter des groupes musicaux « Le Fils de l’Autre » et « Lily-Rose » formés par Bernard et Gilles, ses deux fils, par Françoise et par leurs amis. Groupes de chansons à texte que certains ont probablement pu découvrir à Manifiesta.

En Walter, nous honorons un camarade engagé, un homme de convictions, amical et ouvert sur tous les terrains que le monde et l'humanité nous offrent. Quelqu’un qui a consacré sa vie à la cause la plus noble qui existe : la lutte de libération du monde du travail et des peuples opprimés. Nous présentons à sa famille et à tous ses amis et camarades, nos plus sincères condoléances. Nous remercions aussi toutes les personnes qui ont entouré Walter de leur aide et et de leur amitié."

 
J’aimeAfficher plus de réactions
1 commentaire
Commentaires
Jeanclaude Romain Il va beaucoup me manquer. Je l'appréciais ènor

Je l'ai rencontré plusieurs fois et l'ai reconnu tout de suite grâce à la photo. Je me rappelle la bienveillance de son regard accueillant. Merci Walter !

YB

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article