Catégories

Publié par YVAN BALCHOY

 TERRE DE CEVENNES (YVAN BALCHOY)

 

 

Terre de Cévennes
Reine languedocienne
Tellement femme
Si occitane
Partout tu m'embrasses
Puis avec passion m'enlaces
Partagée entre ta grâce latine
Et tes audaces libertines.
Où que je tourne mes regards
Aux quatre coins de ton terroir
Tu m'offres les splendeurs
De ton corps prometteur
Qui peu à peu me dévoile
Ta fécondité végétale
Ta sensualité animale
Qui jaillit de partout
Et balaye mes tabous.
Depuis les monts les plus lointains
Jusqu' à 'arbre le plus voisin
Ta vivace chevelure
Aux innombrables ramures
Du vert le plus tendre
Au noir encre
M'offre son frais ombrage
A m'en faire perdre le goût du voyage.
Sur terre cévenole
L'eau de partout rigole
Sourcettes joyeuses
Torrents fougueux
Et rivières sinueuses
Où grâce ê ton énergie vitale
Je me ressource le moral.
Au regard émerveillé
Du voyageur esseulé
Tu offres l'harmonie
Si pleine d'embellie
 De tes mille seins
Piriformes, ombelliformes,
Enfin de si pure forme
Qui à travers chacune des tes collines
Le font rêver à des milliers de colombines
Lui offrant le doux galbe de leur poitrine.
Enfin à celui qui avec délicatesse
Scrute tes flancs de princesse
Tu te donnes toute entière
Mettant ê nu tes veines secrètes
lui ouvrant sans réserve ces failles
Qui lui donnent à goûter le corail
et la fraîcheur du velouté de tes entrailles.

Mais c'est le ciel de tes yeux
qui me chante le plus mélodieux
De si bonne augure
en son bleu azur
il me susurre le bonheur
et récuse les malheurs,
même si parfois l'imbécillité le fâche
et colore ses pupilles de noir d'orage.
J'approuve ces courtes colères
entre deux coups de tonnerre,
le temps de nous clamer, vite fait, "merde"
avant de retrouver son sourire alerte.
Chaque année il me faut te quitter
pour retrouver mon nord enrhumé
et ses amours brumeuses
quelque part au nord de la Meuse
Tout au long de l'année
au boulot ou en randonnée
je pense souvent ê toi
mon amie de là-bas
et je rêve de t'y conduire ma colombelle
qui te ressemble tant
avant de publier nos bans
pour que communiant à tes merveilles
nous accédions mieux au septième ciel.

 

 

Yvan Balchoï : Thoiras en Cévennes- juillet 94

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article