BELGIQUE

 

 

La sortie dans la presse de Bart De Wever est une gifle en pleine figure des syndicats, et des centaines de milliers de personnes "qui, chaque jour, font leur possible et n'ont pas toujours facile", a réagi jeudi le président de la FGTB Rudy De Leeuw. Dans un entretien paru jeudi dans Gazet van Antwerpen, le président de la N-VA fait part de son mécontentement au sujet des leaders des syndicats. "Quand j'entends des syndicalistes comme Rudy De Leeuw (FGTB) et Marc Leemans (CSC), je me demande s'ils se prennent encore au sérieux. Ils n'ont que le bain de sang social à la bouche, mais se rendent-ils comptent à quel point, inimaginable, la Belgique est sociale et redistributrice? Ils ne regardent que leur nombril."

 

"Il est interpellant de voir un président de parti s'exprimer si bassement à l'intention des présidents syndicaux. En s'adressant de la sorte à moi-même et mon collègue Marc Leemans, il s'attaque également aux centaines de milliers de personnes, travailleurs et sans emploi, qui font chaque jour leur possible, sans que cela soit toujours facile. C'est une gifle en pleine figure."

Selon Rudy De Leeuw, les syndicats représentent tout ce que la N-VA voudrait voir disparaitre. "Les soins de santé abordables, les contrats qui garantissent la sécurité et un salaire décent, des pensions dignes... En bref, une société où chacun a sa place."

La CSC a également répondu, dans un tweet, aux attaques de Bart de Wever. "Contrairement à certains politiciens, nous ne regardons pas que notre nombril, mais prenons les préoccupations des personnes ordinaires au sérieux."

Le syndicat libéral CGSLB n'a pas souhaité réagir aux propos de l'homme fort de la N-VA.