Catégories

Publié par YVAN BALCHOY

https://www.apache.be/fr/2013/05/14/dans-les-racines-politiques-de-bart-de-wever-les-eclairages-de-son-frere-bruno/

Georges Timmerman

Dans les racinespolitiques de Bart De Wever, les éclairages de son frère Bruno

FR0

Celui qui cherche à découvrir les racines de l'engagement politique de Bart De Wever, président de la N-VA et bourgmestre d'Anvers, se devra de creuser dans l'histoire de sa famille. Une histoire étroitement liée à l'Alliance de la jeunesse nationale-flamande (VNJ), un mouvement de jeunesse de la droite radicale qui a vu début des années 70, sa section anversoise flirter avec le néo-nazisme. Nos investigations nous ont appris que le défunt Rik De Wever, le père de Bart, a joué un rôle important dans la section anversoise de la VNJ. Nous avons pu en discuter avec Bruno De Wever, frère aîné du leader de la N-VA.

Aujourd'hui, l'Alliance de de la jeunesse nationale-flamande (VNJ) est considérée en Flandre comme un mouvement de jeunesse proche du Vlaams Belang. Mais entre 1961 et 1980, la VNJ était avant tout une extension du parti de la Volksunie ainsi que l'aile "jeunesse" officieuse de l'Ordre des militants flamands (VMO). Autre fait marquant: les membres à origine de la VNJ provenaient des milieux collaborationnistes de la Seconde Guerre mondiale. Certains d'entre eux ayant même fait partie de la Jeunesse hitlériennes de Flandre.

Henri De Wever

Texte à la mémoire d'Henri De Wever (Photo: Association locale pour l'Histoire de Mortsel)

Après chaque tour de scrutin, Bart De Wever traverse les allées du cimetière de Berchem afin de se recueillir un moment devant la tombe de son père Henri "Rik" De Wever (1934-1996). Et ce n'est pas un hasard: la vision politique du bourgmestre d'Anvers a, en grande partie, été structurée par les convictions nationalistes flamandes de son père et de sa famille.

L'historien Olivier Boehme estime que ses convictions politiques ont germé durant sa jeunesse, les récits évoquant la condamnation pour collaboration du grand-père de Bart De Wever après la Seconde Guerre mondiale ont dû avoir leurs effets. Olivier Boehme:

"De telles histoires perdurent et se transmettent de génération en génération. Enfant, ce que l'on entend lorsqu'on est à table peut avoir un énorme impact sur nous. A des degrés divers, bien sûr.
Mais dans certains milieux, on parle encore du 'Fait belge' et de 'La grande injustice' [en évoquant la condamnation des collaborateurs après la Libération, Ndlr]. Je soupçonne que cela soit profondément ancré chez De Wever"

L'histoire du grand-père de Bart De Wever est bien connue, il l'a d'ailleurs lui-même raconté à plusieurs reprises:

"Après la Seconde Guerre mondiale, mon grand-père a été accusé d'avoir collaboré. On l'a été emprisonné plusieurs mois. Il n'avait pas collaboré activement, mais il avait été membre du parti de la Ligue nationale flamande (VNV) à Mortsel. Et aux yeux de l'opposition, tous les membres de la Ligue étaient suspects. Surtout dans les premiers jours de la répression.
Avant la guerre, il avait été directeur d'école à Mortsel. Mais lorsqu'il est sorti de prison, par nécessité, il a dû se reconvertir dans la vente à domicile. Pour un homme de sa fierté, ça a été très pénible. Et cela a également eu des conséquences pour ses six enfants: de plus petites rentrées d'argent signifiant une limitation des chances. Mon père n'a, par exemple, jamais pu faire d'études.
Mon père a été rendre plusieurs fois visite à son père lorsqu'il était en prison. Ça l'a beaucoup marqué. De là, il a développé une haine profonde pour la Belgique, un pays qu'il a toute sa vie considéré comme un ennemi."
 
Lire l'article intégral à l'adresse suivante :
https://www.apache.be/fr/2013/05/14/dans-les-racines-politiques-de-bart-de-wever-les-eclairages-de-son-frere-bruno/

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article