Catégories

Publié par YVAN BALCHOY

MINISTRE DE L'INJUSTICE
Pourquoi le parquet de Bruxelles a-t-il offert une transaction pénale au milliardaire français Bernard Arnault (accusé de fausse domiciliation à Uccle), lui permettant d'échapper à un procès ? Je viens de poser la question au ministre de la Justice en séance plénière de la Chambre. Et que m'a répondu Koen Geens ? Il a expliqué que, voyez-vous, la transaction a été conclue non entre le début de l'instruction et le jugement, mais avant le début de l'instruction, ce qui a pour conséquence qu'il s'agit d'une transaction pénale simple et non d'une transaction pénale élargie régie par l'article 216bis du code d'instruction criminelle.

Ouf, me voilà rassuré. Je n'ai pas de réponse à ma question sur le montant (probablement ridicule) payé par Arnault, mais ce n'est pas l'article 216bis. Pas de réponse à la question de savoir ce que gagne la Belgique en concluant cette transaction, mais ce n'est pas l'article 216bis. Pas de réponse sur le fait qu'un tel arrangement secret crée une justice de classe, mais ce n'est pas l'article 216bis. Pas de réponse sur de possibles pressions politiques, par exemple venu de l'axe Sarkozy-Reynders-De Decker (comme pour Chodiev), mais ce n'est pas l'article 216bis. Ouf. Et si j'étais Koen Geens, j'aurais même ajouté cet argument massue : l'article 10 de la Constitution proclame que « les Belges sont égaux devant la loi ». Mais Arnault, il est Belge ? Non, hein ! Rappelez-vous, il n'a pas obtenu sa naturalisation. Donc, comme (riche) Français, il a bien droit au privilège d'échapper à un procès.

L’image contient peut-être : 4 personnes, personnes souriantes, personnes debout, personnes assises et intérieur
 
NOTE D'YVAN BALCHOY : "SANS COMMENTAIRE, QUELLE HONTE POUR NOTRE PAYS !"

Commenter cet article