Catégories

Publié par YVAN BALCHOY

SIGFRIED BRACQUE

SIGFRIED BRACQUE

LE FANTÔME DE SIEGFRIED BRACKE
Une réunion encore plus surréaliste que les précédentes, aujourd'hui, dans le groupe « Renouveau politique » de la Chambre. Car alors que nous débattions du statut et de la rémunération du président de la Chambre, son fantôme flottait sur la réunion. Ou plutôt le fantôme de l'interview qu'il a donnée à la RTBF le matin même. Vous voyez le topo ? C'est le scandale Bracke (ses cumuls de fonctions, cumuls de rémunérations et conflits d'intérêts) qui est pour beaucoup dans la mise sur pied du groupe « Renouveau politique ». Et le jour où son cas y est discuté, il court-circuite la Chambre en disant la messe dès le matin. C'est dire la considération qu'il a pour l'institution qu'il préside ! Et pour dire quoi ! Pour dire que l'avis de la commission de déontologie, qui a planché sur son cas, ce n'est qu'un avis : en clair, il s'assied dessus. Pour dire qu'il veut pouvoir cumuler sans entrave. Pour dire qu'il est « pour les conflits d'intérêts ». Non, ce n'était pas un humoriste imitant sa voix : c'est le vrai Siegfried Bracke qui dit ça.

Et il se fait que Vermeulen, le président du groupe « Renouveau politique », est également N-VA. Et il a bien défendu les intérêts de Bracke. Réduire son salaire, le plus élevé de Belgique ? OK, mais il doit rester le plus élevé du pays et gagner un euro de plus que le Premier ministre, c'est-à-dire… 11.000 euros net par mois. Interdire tout cumul avec d'autres mandats ? Vous n'y pensez pas ! Pour la N-VA, le président de la Chambre doit pouvoir cumuler ce mandat avec d'autres mandats publics et avec d'autres mandats privés. La N-VA aime se donner l'image d'un parti non traditionnel. Eh bien, il va encore plus loin dans l'immobilisme politique que les partis traditionnels. Et pourtant, la concurrence est rude

Commenter cet article