Catégories

Publié par YVAN BALCHOY

L'AUTOMATE (RONDEAU ESTRAMBOTE)

 

 

 

 

Dans mon corps je sens se débattre

Un automate ingénieux

Qui regarde aux trous de mes yeux

Comme à la toile d’un théâtre,

 

D’un théâtre de Mezzetin.

Mon âme est fort bien machinée,

Et ce montreur: La Destinée,

Y fait sautiller ce pantin.

 

Ce pantin, à toute ficelle

Que vient tirer le Doigt vainqueur,

Obéit en dépit du coeur

Qui la hait et qu’elle ensorcelle.

 

Qu’elle ensorcelle!- Au fin ressort

Toutes les heures son doigt butte.

 

Ding ding! un petit homme sort,

Et le pantin fait la culbute.

 

Fait la culbute- Oh! remords lourds!

Et ce démon qui goguenarde,

C’est l’automate qui regarde

Par les trous d’un loup de velours.

 

 

http://www.poesies.net/paulareneleparnassiculetcontemporain.txt

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article