Catégories

Publié par YVAN BALCHOY

Marco Van Hees

Marco Van Hees

LA COMMISSION KAZAKHGATE DÉMARRE TRÈS MAL

Jeudi, je fais donc la toute dernière intervention du dernier texte soumis à la séance plénière de la Chambre : la proposition de constituer une commission d'enquête sur le Kazakhgate. Je suis co-signataire de la proposition, mais je suis exclu de la commission, comme les autres députés des « petits » partis. Je conclus mon intervention en disant qu'on ne peut « comprendre cette exclusion que comme la volonté d'un entre-soi où l'on pourrait régler les choses entre partis traditionnels et en excluant les autres. »

Quelques minutes et votes plus tard, la commission d'enquête se réunit pour définir sa composition et les problèmes commencent déjà, démontrant et infirmant à la fois ce que je viens de dire.

« Démontrant ce que je viens de dire » car la commission bloque sur la présidence de Francis Delpérée (cdh), décoré par l'Ordre de Malte (impliqué dans le Kazakhgate) et qui était intervenu dans les débats sur la transaction pénale élargie en 2011. Cela montre donc que ce sont les mêmes partis traditionnels – et dans le cas de Delpérée les mêmes personnes – qui doivent enquêter sur leurs propres actes. L'entre-soi est, dès le début, à son comble.

« Infirmant ce que je viens de dire » car, à ce stade précoce en tout cas, on ne peut pas dire que la commission d'enquête « règle » les choses entre partis traditionnels. Certains députés de la majorité, comme le libéral flamand Van Quickenborne en rajoute contre Delpérée. On pourrait lui donner raison si cette fronde était logique et sans arrières-pensées. Car c'est son chef de groupe Dewael qui a été le offensif pour exclure les « petits » partis, pour permettre l'entre-soi. Et c'est Van Cauter, députée du même groupe, qui a introduit le texte de la transaction pénale en 2011 sur demande du cabinet Reynders.

Le message des frondeurs anti-Delpéré est assez facilement lisible : nous, partis traditionnels, sommes pratiquement tous mouillés d'une façon ou l'autre dans cette sale histoire. Faites donc attention de ne pas trop charger les uns, car les uns pourraient à leur tour charger les autres. La commission d'enquête débute très mal, mais c'est surtout ce qu'elle augure comme petits arrangements pour la suite qui est inquiétant.

Commenter cet article