Catégories

Publié par YVAN BALCHOY

HIER SOIR UN TRISTE DUO QUI ILLUSTRE BIEN UNE DES DROITES LES PLUS INJUSTES DU MONDE

Ne me demandez pas qui a gagné hier un débat certes courtois où comme beaucoup de journalistes l'ont dit, les deux adversaires étaient d'accord à 80%.

Y-avait-il un bon et un mauvais parmi ces deux "leaders" d'un parti qui n'a de  "républicain" que le surnom tout à fait immérité.

Fillion mène une bataille idéologique pour rendre aux plus riches  les timides mesures vraiment socialistes du gouvernement dit de gauche. Disons que les différences entre ces deux "enragés" de la droit sont plus quantitatives que qualitatives un peu comme des 500 000 ou 60 000 fonctionnaires en moins chez Fillion, 250 000  à 300 000 chez son contradicteur qui a tenté c'est vrai de convaincre l'ensemble des français tandis que Fillion ne s'intéresse bien sûr aucunement aux petites gens mais veut aider le noyau le plus égoïste, le plus incivique d'une droite immonde.

Au plan de la santé, la sécurité sociale ne s'intéressera plus qu'aux gros risques - et qui dit qu'on les définira écore comme aujourd'hui ? Pour les petits risques, il y a aura les mutuelles, dont le prix explosera (pour ma part je pais pour mon épouse et moi plus de 800 euros par trimestre. Que sera-ce demain.

Fillion avoue à propos de l'avortement et aux problèmes féminins qu'il est un homme.

Il trouve normal contrairement à Jupé que certaines personnes travaillent désormais 39 heures payés 37, ce qui est une véritable spoliation venant d'un homme politique pour qui le mot justice sociale n'existe pas et qui trouve normal de faire dépenser par l'Etat  plusieurs mois de la vie d'un ouvrier pour se payer un match de foot.

Non le choix entre ces deux candidats se résume à celui entre un salaud social  et Jupé un droitisme excessif, entre deux  politiciens mauvais l'un l'étant plus que l'autre.

On parle de la fierté d'être français mais dans le domaine sociale, économique, sanitaire on oublie tout ce qui fait l'honneur de la France en réclamant du copier-coller- avec une comparaison souvent biaisée avec les pays étrangers.

Oui, Fillion est un égoïste dur qui veille à sucrer au maximum les gens de sa classe, car sa politique est une politique de classe riche et aisée, qui le sera davantage d'ailleurs sous sa haut bienveillance pour les plus riche et son mépris souverain pour les plus pauvres qui vont perdre énormément avec ce gouvernement de merde.

18 milliards consacrés à l'impôt le plus injuste la TVA et combien de milliards pour les partisans de l'ancien terne premier ministre de Sarkozy.

Ainsi ces 10 % de français qui possèdent  ou plutôt ont volé plus de 50% ou 60 % de la richesse nationale disposent de plus de pouvoir d'achat avec ce faux républicains margoulin.

Quant à ce terme de catholique, souvent rappelé dans les Media,  que Fillion fait semblant de déplorer mais dont il est, j'en suis persuadé fier, il me rappelle  la chanson "Ces gens-là" de Jacques Brel avec cette bonne dose d'hypocrisie si condamnée dans l'Evangile.

Il ne faut plus dire catholique mais catholicard.

L'Evangile de Fillion proclame "Bienheureux l'argent et les riches et malheur aux malades, aux plus pauvres, celui de Jupé" est aussi injuste mais un peu adouci.

Hollande qui, s'il avait appliqué son programme juste des impôts à 75 % pour les plus riches nous auraient laissé une société plus apaisée. Si La gauche veut avoir une chance pour 2017, elle doit s'unit, travailler avec des personnes comme Mélenchon et allez chercher l''argent là où il est en abondance pour en redistribuer l'excès à ceux souffrent d'un excès de pauvreté.

Ainsi la gauche  garde une petite chance de convaincre les français en renvoyant à leur égoïsme les Jupé et Fillion  aussi injustes que Sarkozy qu'ils ont trahi.

 

Je reste partisan résolu dans le public comme dans le privé à ce que soit établi par la loi un maximum de richesses tant au niveau des revenus qu'à celui du patrimoine au-delà duquel l'impôt serait de 100 % tandis que, par ailleurs,  un vrai minimum social permettrait réellement de vivre même modestement ce qui n'est pas le cas aujourd'hui

Oui en ce temps autant qu'hier, je crois à la lutte finale entre les travailleurs et ceux qui les volent et se sucrent à leur dépend.

Vous me direz que je suis extrémiste ?  C'est vrai je préfère l'être au profit de ceux qui sont les victimes du capitalisme, même si mon  choix faisait baisser quelque peu mon niveau de vie pourvu que les salauds qui veulent se concentrer  le maximum des richesses de la société en laissant, comme dans le livre de Job les miettes aux plus pauvres, perdent ces excès qui les rendent inhumains.

Yvan Balchoy

Ecrit, en rage ce 25 novembre à 6 heures du matin en repensant à l’impudence déshonorée d’un candidat premier ministre de la France qui trahit honteusement ce qui en fait la gloire depuis plus de deux siècles.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article